POLITIQUE & INSTITUTIONS

«Continuer à susciter le débat»



equipefondationidea.jpg

Le vœu de la fondation Idea pour 2016: «Conduire sans relâche, de manière constructive, créative et imprévisible, la ‘bataille des idées’.» (Photo: Fondation Idea)

Paperjam a proposé aux décideurs de la Place de partager leur liste de vœux pour 2016.

Quel est votre vœu concernant votre activité/entreprise et le secteur dans lequel vous évoluez?

«Lancée en 2014, Idea conclut l’année 2015 sous d’excellents auspices. La viralité et la couverture médiatique croissantes, l’élargissement de notre lectorat ou encore le vif intérêt de personnalités politiques ou économiques pour nos contributions sont autant de preuves du succès grandissant de notre laboratoire d’idées. Et l’année 2016 s’annonce d’ores et déjà électrisante. Nous espérons continuer à susciter le débat et à en améliorer la qualité à travers nos analyses, à approfondir les réflexions et à proposer des pistes novatrices pour relever les grands défis d’avenir, en faveur du développement durable et de l’intérêt économique général du Luxembourg. Avec fraîcheur, (im)pertinence et sans langue de bois.

Notre vœu (non pieux) est simplement qu’Idea ne soit jamais à court… d’idées, que nous réussissions à aborder des thèmes percutants, à lancer des pistes intéressantes, à contribuer au débat contradictoire d’idées et à faire avancer notre pays.

Que peut-on espérer au niveau international? Quelle pourrait être la contribution des citoyens et entreprises aux enjeux que rencontrent actuellement l’Europe et le monde?

«Ne fardons pas la vérité. Ne grimons pas la réalité. 2015 s’achève plutôt dans la douleur en Europe: l’Union européenne malmenée, ses libertés fondamentales questionnées, l’Union au point d’inflexion, de la désintégration, de la désunion? Que l’on soit économistes, europhiles, citoyens avertis ou simplement humains (ou les quatre, comme nous), on ne peut que s’en épouvanter. Le retour au protectionnisme serait un marasme économique autant qu’une tragédie sociale et philosophique. D’autant plus pour le laboratoire de l’Europe qu’est Luxembourg.

Comme nous le mentionnons dans l’une de nos contributions: ‘l’entreprise (est) un formidable outil de transformation du monde…’. Ainsi, l’entreprise peut être un instrument de transformation du monde, de création d’emplois, d’innovation et doit, pour cela, donner le sens du travail en commun, pour être un lieu d’épanouissement personnel.

J’en retire que valoriser l’entrepreneuriat et la prise d’initiative citoyenne, c’est permettre à la confiance de se tisser et de se diffuser à tous les niveaux de la société. L’entreprise comme lieu de lutte contre la défiance et la méfiance qui divisent nos peuples et rongent nos économies? Voici une vision pour le moins positive.

Un vœu pour le Luxembourg en 2016?

«Notre vœu pourrait être formulé ainsi: conduire sans relâche, de manière constructive, créative et imprévisible, la ‘bataille des idées’, ADN et raison d’être d’Idea. Car les mots sont résolument plus durs à manier que les armes.

Pour le Luxembourg en général? Que la confiance revienne, que l’Europe se ressaisisse, que la réforme fiscale aboutisse et que la troisième révolution industrielle soit complétée d’une troisième révolution copernicienne, car l’équité intergénérationnelle ne pardonne ni l’indulgence budgétaire, ni la minimisation de nos défis à long terme. 

Reste à savoir si ce qu’Idea veut, Idea a...»