POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Élections municipales en France

Quand personne ne veut devenir maire en Moselle



Faute de candidats, pas d’élections. Une délégation nommée par le préfet assure l’intérim. (Photo: Wikimedia Commons)

Faute de candidats, pas d’élections. Une délégation nommée par le préfet assure l’intérim. (Photo: Wikimedia Commons)

Selon les derniers chiffres de la Préfecture de la Moselle, quarante communes de ce département frontalier avec le Luxembourg n’ont enregistré aucune candidature pour les élections municipales qui auront lieu les 15 et 22 mars. Que se passe-t-il alors?

Roland Lanfrit en avait assez. À 56 ans, après un mandat de conseiller communal et deux de maire, le «bourgmestre» de Neunkirchen-lès-Bouzonville avait décidé de ne pas se représenter aux élections municipales de 2020. Dans cette commune frontalière avec l’Allemagne, en Moselle, difficile de trouver un maire parmi les 351 habitants.

Dans ces cas-là, explique la Préfecture de la Moselle sollicitée par Paperjam, une délégation spéciale de trois membres est nommée par le préfet. La délégation élit son président qui devient maire et a pour tâche… de trouver des candidats et d’organiser les élections municipales dans les trois mois.

Si aucun candidat n’est élu, la délégation peut être reconduite par le préfet. Et encore reconduite. «Il pourrait être suggéré à la commune d’engager une procédure de fusion avec une autre commune afin de mettre fin à cette situation», dit le cabinet du préfet.

Le 3 avril 2014, à Neunkirchen, le maire sortant de la commune voisine, Gilbert Philipp, hérite du fardeau en compagnie de deux vice-présidents: Jacques Goury, ancien sous-préfet de Boulay, et Roger Richard, maire honoraire de Bibiche.

Faute de candidat, M. Lanfrit finira par accepter de reprendre son poste, le 9 juin 2014.

Douze communes de plus de 1.000 habitants sans candidat

Dans la liste (provisoire jusqu’à jeudi soir prochain) que la Préfecture de la Moselle a fait parvenir ce jeudi, Neunkirchen semble avoir enfin trouvé un candidat. Mais 40 communes n’ont encore enregistré aucun candidat. «Ça ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas. Beaucoup de communes commencent à s’agiter pour envoyer les documents à temps», nuance le cabinet du préfet.

C’est heureux, parce que si aucune commune frontalière du Luxembourg n’est dans cette liste, il reste douze communes de plus de 1.000 habitants sans candidat, dont Woippy (14.214 habitants), où le sénateur Les Républicains François Grosdidier a été à la baguette jusqu’en 2017 avant de se retirer pour viser la mairie de Metz, dont il est le favori; mais aussi Hagondange (9.242), Talange (7.707) ou encore Scy-Chazelles (2.676), la commune de Robert Schuman, un des pères fondateurs de l’Union européenne.