POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

HEALTH TECHNOLOGIES @ LUXEMBOURG 2020

Quand médical rime avec digital



301186.jpg

«Au cours de la dernière décennie, le Luxembourg est devenu le siège d’une communauté dynamique et diversifiée dans le domaine des technologies de la santé», explique Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation. (Photo: Bohumil Kostohryz)

L’innovation numérique est, plus que jamais, un élément central du développement du secteur des technologies de la santé au Luxembourg. C’est ce qui ressort de l’événement «Health Technologies @ Luxembourg 2020» organisé en début de semaine.

Au même titre que les technologies spatiales ou que les écotechnologies, les technologies de la santé figurent au rang des secteurs prioritaires, avec le soutien de la stratégie d’innovation digitale mise en œuvre par le gouvernement.

«Afin de pouvoir mettre en œuvre la transformation digitale à travers tous les secteurs prioritaires, une stratégie axée sur les données digitales permettra de positionner le Luxembourg comme un pays précurseur dans le domaine de l’innovation digitale», rappelait, il y a un peu plus d’un an, le programme gouvernemental.

Dans le domaine des technologies de la santé, l’écosystème qui s’est mis en place ces dernières années a atteint un certain niveau de maturité. Selon la dernière cartographie des acteurs de ce secteur (réalisée par le ministère de l’Économie, l’Observatoire de la compétitivité et le département Market Intelligence de Luxinnovation), mise à jour en début de semaine, leur contribution économique s’est élevée, en 2017 (dernières données disponibles) à 180 millions d’euros de valeur ajoutée, soit 0,35% du PIB.

En aidant les sociétés technologiques, nous espérons, à terme, l’amélioration de la santé des citoyens.

Jean-Philippe Arié,  manager du Luxembourg HealthTech Cluster

Au total, 136 entreprises ont comme cœur de métier les technologies médicales au Luxembourg (dont 32 sont spécialisées dans les technologies digitales), représentant environ 1.600 employés.

«En aidant les sociétés technologiques, nous espérons, à terme, l’amélioration de la santé des citoyens et, bien entendu, de la croissance économique», explique Jean-Philippe Arié, le manager du Luxembourg HealthTech Cluster. D’où la volonté affichée de soutenir les entrepreneurs de ce secteur et, par extension, d’accompagner le développement d’un écosystème propice au rayonnement de telles sociétés de santé numériques.»

Cet élan concerne également les start-up. De plus en plus de ces jeunes pousses sont actives dans ce domaine, et la forte participation à la dernière édition du programme d’accélération Fit4Start de l’automne 2019 en est une preuve concrète: elles ont été 60 à postuler pour les 5 places disponibles. Elles n’avaient été que 38 un an plus tôt et on peut s’attendre à de nouveaux chiffres records pour l’édition d’automne 2020. «En très peu de temps, la composante ‘HealthTech’ s’est imposée au sein de ce programme comme un de ses piliers au même titre que l’ICT», se réjouit Jean-Philippe Arié.

Synergies technologiques et commerciales

C’est dans ce contexte porteur que s’est tenue, ce lundi, la deuxième édition de la conférence «Health Technologies @ Luxembourg», à l’initiative du Luxembourg HealthTech Cluster et du ministère de l’Économie. Devant plus de 140 personnes, cet événement a permis de mettre en lumière les synergies technologiques et commerciales pouvant exister entre les différents acteurs du secteur.

Une communauté HealthTech florissante, innovante et entrepreneuriale.

Étienne Schneider,  ministre de l’Économie et de la Santé

«Une décennie après le lancement de ce que l’on a appelé le ‘plan d’action pour les sciences et technologies de la santé’, 2019 a vu le réveil d’une communauté HealthTech florissante, innovante et entrepreneuriale au Luxembourg», a pu constater le ministre de l’Économie et ministre de la Santé, Étienne Schneider , pour l’une de ses dernières interventions publiques dans ses fonctions. «Avec 50% de ses 136 entreprises créées, il y a moins de 10 ans et 80% de sa main-d’œuvre active dans des entreprises de moins de 10 salariés, le secteur des technologies de la santé au Luxembourg est un secteur jeune encore à ses débuts.»

Un constat complété par  Sasha Baillie , la CEO de Luxinnovation: «Nous avons fait un énorme chemin. Au cours de la dernière décennie, le Luxembourg est devenu le siège d’une communauté dynamique et diversifiée dans le domaine des technologies de la santé, qui non seulement apporte une valeur économique, mais aussi apporte un soutien aux patients.»

Arab Health dans le viseur

Au-delà des présentations de sociétés pour lesquelles la «matière» digitale est au cœur de leurs activités, l’accent a été mis, au cours de cet événement, sur l’encouragement à la mise en place de partenariats de recherche, tant au Luxembourg qu’à l’étranger, et une collaboration accrue aussi bien avec les professionnels de la santé qu’avec les patients.

Main dans la main… c’est un peu dans cette configuration qu’un stand sera organisé au prochain salon Arab Health (du 27 au 30 janvier à Dubaï), l’un des plus importants rendez-vous mondiaux dans le domaine, avec plus de 4.250 exposants venant de plus de 60 pays et plus de 100.000 visiteurs sur deux jours.

Aux côtés du ministère de l’Économie et de la Chambre de commerce, six sociétés luxembourgeoises s’afficheront à cette occasion. Parallèlement, une mission économique menée à Dubaï par la Chambre de commerce emmènera une délégation de 18 entreprises actives dans le secteur des technologies médicales. Une présence similaire est déjà prévue pour le salon Medica de Düsseldorf, en fin d’année.