PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Fonds d’investissement

Q Securities arrive au Luxembourg



Piotr Zaczek, Agnieszka Sawa et Jerzy Kasprzak sont aux commandes de Q Securities, société qui fournit des services de dépositaire aux fonds alternatifs au Luxembourg depuis avril. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Piotr Zaczek, Agnieszka Sawa et Jerzy Kasprzak sont aux commandes de Q Securities, société qui fournit des services de dépositaire aux fonds alternatifs au Luxembourg depuis avril. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La croissance du segment des fonds alternatifs au Luxembourg – et la demande accrue de prestataires de services qui soutiennent ce secteur – a attiré le groupe financier polonais Q Securities au Grand-Duché, où il propose désormais des services de dépositaire.

Q Securities, dont le siège est à Varsovie, a reçu son agrément l’autorisant à fournir des services de dépôt aux fonds d’investissement alternatifs luxembourgeois, ce qui fait d’elle la première entreprise d’investissement à se voir accorder ce type de licence au Grand-Duché.

La société fait son entrée sur le marché alors que les grandes banques se retirent du segment, laissant de nombreuses sociétés de fonds alternatifs «se battre pour trouver un fournisseur de services». En effet, les fonds d’investissement sont tenus de désigner un dépositaire, qui protège les actifs des fonds et contrôle certaines des activités des gestionnaires de fonds.

16 milliards d’actifs sous administration

Q Securities a débuté en tant que société de courtage en Pologne en 2012. À la suite d’une modification de la réglementation européenne, elle a commencé à fournir des services de dépositaire aux fonds d’investissement alternatifs en 2016, détaille Agnieszka Sawa, PDG de Q Securities. «Après cinq ans, notre clientèle en Pologne est proche de 200 fonds. Nous avons simplement regardé ce succès et nous avons décidé de lancer cette activité à l’international. Nous voici donc au Luxembourg.»

Actuellement, avec son activité de dépositaire en Pologne, la firme détient environ 16 milliards d’euros d’actifs sous administration. Elle compte environ 70 employés polonais, répartis entre ses activités de courtage et de dépôt, qui sont indépendantes les unes des autres. En vertu de la réglementation européenne, elle peut gérer tous les types de fonds alternatifs, mais pas les fonds Ucits destinés aux particuliers, que seules les banques peuvent gérer, explique Jerzy Kasprzak, membre du conseil d’administration de Q Securities.

La société détient une licence de dépositaire complet, ce qui signifie qu’elle offre presque toute la gamme de services aux sociétés de fonds, «à l’exception de la gestion des comptes en espèces», déclare Piotr Zaczek, directeur de succursale et country manager de Q Securities au Luxembourg. Pour les comptes en espèces, Q Securities s’est associée à un établissement de crédit, poursuit-il. Dans le même temps, la société polonaise peut prendre en charge un éventail de clients plus large que les détenteurs d’une licence de professionnel du secteur financier (PSF). «Notre premier client est un fonds de créances qui investit dans des instruments financiers», ce que les PSF ne peuvent pas faire. Les PSF ne peuvent pas non plus travailler avec des fonds alternatifs ouverts (par opposition aux fonds fermés, qui se terminent généralement après un certain nombre d’années).

Les petites sociétés ciblées

Bien que détenant une licence de dépositaire à part entière, «nous ne sommes pas en concurrence avec les banques ou d’autres fournisseurs», souligne Agnieszka Sawa. Selon Piotr Zaczek, Q Securities fournit des «services complémentaires et non concurrentiels». Il décrit un scénario hypothétique dans lequel un prestataire de services gère la majeure partie du portefeuille d’une société de gestion, mais fait appel à Q Securities uniquement pour travailler sur les fonds du client investissant dans des instruments financiers et sur ses fonds ouverts. «Voilà pourquoi nous ne sommes pas en concurrence avec eux. Nous les aidons.»

Dans le même temps, les grandes banques dépositaires ciblent les fonds dont les actifs sous gestion sont de 500 millions d’euros et plus, évitant souvent les petites et moyennes entreprises, affirme Piotr Zaczek. Au départ, Q Securities ciblait les fonds dont les actifs se situaient entre 20 et 200 millions d’euros, «mais lorsque nous avons remarqué que les fonds dont les actifs se situaient entre 200 et 500 millions d’euros avaient le même problème, nous avons étendu notre champ de recherche.»

Jusqu’à présent, la société a signé avec quatre clients de fonds au Luxembourg, qui se trouvent tous être des fonds d’investissement alternatifs réservés (Raif), un type de structure qui se concentre sur les investisseurs «bien informés», poursuit Agnieszka Sawa. La société prévoit cependant de s’étendre prochainement à d’autres structures, notamment les fonds d’investissement spécialisés (Sif) et les sociétés luxembourgeoises d’investissement en capital à risque (Sicar).

L’effet bénéfique du Brexit

«Le marché luxembourgeois, après le Brexit, est en pleine croissance», observe Jerzy Kasprzak. Ainsi, même la conquête d’une part de marché relativement faible «sera une grosse affaire pour Q Securities». Agnieszka Sawa a indiqué que d’ici trois à cinq ans, elle souhaitait que la société gère entre 100 et 150 fonds dans le Grand-Duché.

Piotr Zaczek a déclaré pour sa part que le régulateur financier luxembourgeois, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), avait accordé sa licence en un temps qui semblait record. «Nous nous attendions à six à huit mois pour l’examen de la demande, mais nous l’avons obtenu en deux mois.» Et même «deux mois moins deux jours» pour être précis.

Les dirigeants expliquent cette rapidité par le fait qu’ils disposaient de cinq années de données et d’expertise issues de leurs activités en Pologne. Cela a été d’une grande aide lors de la demande initiale. De même, lorsque la CSSF a posé une question, «nous avons répondu en trois jours, car nous savions quoi répondre. Nous n’attendions pas trois mois ou autre chose. Je présume donc que la CSSF a vu que nous savions de quoi nous parlions.»

Du sur-mesure

Bien qu’elle ait reçu le feu vert en novembre 2020, la société a conservé sa date de démarrage initialement prévue, à savoir mars 2021, et a signé avec son premier client en avril 2021. Après un premier événement officiel la semaine dernière lors de la réception Luxembourg-Pologne organisée à la Chambre de commerce, Q Securities se présente maintenant officiellement sur le marché.

Pour l’instant, la société compte six employés au Luxembourg et ne prévoit pas de recruter du personnel dans l’immédiat. Cependant, «lorsque nous verrons que l’activité se développe, nous engagerons certainement des agents dépositaires, plutôt expérimentés», prévoit Piotr Zaczek. Certaines activités de soutien seront prises en charge par des collègues en Pologne, ce qui signifie une expansion plus modérée dans le Grand-Duché, précise Agnieszka Sawa.

Les dirigeants n’ont pas semblé très inquiets de l’arrivée d’autres sociétés d’investissement sur leur marché. La directive européenne sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs – l’ensemble des règles qui ont permis à Q Securities de demander un agrément de dépositaire – a été mise en œuvre en Pologne en 2016 et Q Securities reste le seul acteur à avoir fait le pas, note Piotr Zaczek, qui n’a connaissance que d’une seule autre entreprise d’investissement à Chypre et d’une autre à Malte fournissant des services de dépôt similaires.

Piotr Zaczek balaie l’hypothèse d’une concurrence potentielle des banques dépositaires établies, qui chercheraient à gagner des parts de marché. «C’est un segment différent.» Les grandes enseignes misent sur le volume et préfèrent les fonds de détail Ucits, estime-t-il, alors que les fonds alternatifs s’appuient davantage sur une configuration «au cas par cas». «Ce n’est pas une usine… Il faut des gens vraiment expérimentés derrière tout ça.»

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.