LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Les métiers insolites (5/10)

Promener le chien dansant



Spot, le chien robot, est utilisé par Stugalux pour effectuer des scans 3D des chantiers de construction afin de vérifier que les structures sont conformes aux plans. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Spot, le chien robot, est utilisé par Stugalux pour effectuer des scans 3D des chantiers de construction afin de vérifier que les structures sont conformes aux plans. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Il ne mâche pas vos pantoufles, mais il peut vous dire quand il y a un mur ou un interrupteur électrique au mauvais endroit. Voici Spot, une nouvelle race de chien intelligent utilisée sur les chantiers de construction au Luxembourg.

«Je n’ai pas de chien, mais j’aime les chiens», confie José-Luis Sanchez-Lopez, chercheur postdoctoral, alors que nous attendons à l’extérieur d’un chantier, à Oetrange, avec deux autres chercheurs. Ayant moi-même grandi avec des chiens, j’adore faire la conversation à leur sujet. D’habitude, ces conversations ont lieu dans des parcs ou avec des voisins, pas sur des chantiers dans le sud-est du Luxembourg. Mais il ne s’agit pas d’une visite de courtoisie. Nous avons quitté le confort de nos bureaux pour nous promener avec Spot, un robot mobile agile conçu à l’origine par Boston Dynamics pour porter des sacs à dos militaires au combat.

Un chien robot de 32 kilos

Spot, dont M. Sanchez-Lopez me précise qu’il est «non binaire», a de nombreux talents et est actuellement programmé pour effectuer de manière autonome des inspections en 3D des chantiers de Stugalux. Normalement, cette tâche est effectuée manuellement par les ingénieurs, mais «comme ils ont des outils compliqués à utiliser, ils ne le font pas souvent. S’il y a une déviation, ils s’en rendent compte trop tard», explique M. Sanchez-Lopez.

Notre petit groupe se tait lorsque Daniel Antunes, ingénieur chez Stugalux, arrive et sort le Spot de 32 kilos du coffre de sa voiture. Nous entendons le mouvement pneumatique de quatre pattes sur l’asphalte avant que le robot noir et jaune, tout en jambes, n’apparaisse. Avec ses 70 centimètres de haut, sans queue, sans oreilles et sans tête – à part une série de lentilles sur un front plat –, il est difficile de savoir si Spot est heureux de nous voir. Au moins, il ne mord pas, je pense, et je m’abstiens de le caresser sur ce que j’imagine être sa tête.

À l’aide d’une télécommande, Antunes guide Spot sur le chantier chaotique. «Il va probablement tomber, car cette marche n’est pas à la hauteur recommandée», explique Hriday Bavle, chercheur postdoctoral et membre de l’équipe de recherche. Spot réussit la manœuvre. Bavle suit et perd pied. «Le chien était meilleur que moi», dit-il en riant.

Nous montons à l’étage dans la coquille de la maison. Il fait sombre et il y a une flaque d’eau de pluie qui s’est infiltrée. Spot est capable de fonctionner dans toutes les conditions, explique M. Bavle, mais la lumière qui se reflète sur l’eau peut perturber ses capteurs. Une autre kryptonite pour notre étrange ami à quatre pattes est une feuille de plastique jetée sur le sol. Spot perd pied, mais reste debout. «Tu ne vas rien casser», explique Antunes, en m’encourageant à donner un coup de pied à Spot. Je me sens mal, mais je pousse doucement d’un pied et Spot recule patiemment.

Hriday Bavle, sur la photo, est un chercheur associé postdoctoral qui travaille sur ce projet depuis trois ans pour le compte du SnT. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Hriday Bavle, sur la photo, est un chercheur associé postdoctoral qui travaille sur ce projet depuis trois ans pour le compte du SnT. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Désinfecter les hôpitaux

«Il est plus facile de s’équilibrer avec quatre pattes», explique M. Antunes. Cela rend également Spot plus polyvalent qu’un robot sur roues, par exemple, pour lequel il faudrait ajouter les escaliers à sa liste de kryptonite. Cette polyvalence signifie que Spot peut être utilisé dans un certain nombre d’autres contextes. Antunes explique que ses collègues travaillent avec la société luxembourgeoise Gradel pour que le chien robot puisse pulvériser du désinfectant dans les hôpitaux.

«Chaque patte a 3 degrés de liberté. Spot dispose d’un mode escaliers et d’un mode rampant, pour les environnements très hostiles», poursuit-il, et je me demande à quel point les choses vont mal dans les hôpitaux. Je commence à m’intéresser à Spot lorsque Antunes me montre ses pas de danse. «Ce n’est pas le but du robot [de danser]», dit-il. Au moins, cela signifie que Spot peut aussi ajouter le métier de professeur de danse à ses utilisations.

L’équipe branche des ordinateurs portables et commence à tester son code. Si le projet est couronné de succès, Spot sera en mesure d’effectuer des inspections du site pendant la nuit, lorsque les travailleurs auront terminé leur journée. En fonction de la taille du site, une inspection prendra alors entre cinq minutes – par exemple sur le site où nous nous trouvons – et deux heures. Avec un prix de vente d’environ 75.000 euros par unité, cette solution semble coûteuse, mais à la fin du projet appliqué de trois ans, la technologie sera déjà devenue moins chère.

Le chercheur postdoctoral José-Luis Sanchez-Lopez, sur la photo, affirme que Spot se sent parfois comme un vrai chien. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le chercheur postdoctoral José-Luis Sanchez-Lopez, sur la photo, affirme que Spot se sent parfois comme un vrai chien. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Sortir de chez soi

La dernière fois que j’ai rendu compte d’un projet de robotique à la section SnT de l’Université du Luxembourg, il s’agissait de la Coupe du monde de robotique, un projet très axé sur l’intérieur.

«Ça doit être bien de sortir du bureau?», je suggère. M. Sanchez-Lopez répond qu’une grande partie du travail appliqué doit se faire en dehors du bureau, pour résoudre des problèmes concrets.

Il explique, par exemple, qu’une équipe qu’il supervise est sur le point de terminer une thèse de doctorat sur l’utilisation de drones sur le toit pour la surveillance de la sécurité du centre de données LuxConnect. Une autre équipe vient de commencer à travailler avec des viticulteurs de la région de la Moselle pour utiliser des drones afin de pulvériser du produit sur les vignes et de les surveiller. «Nous parlons à des gens qui ont un problème qu’ils doivent résoudre. C’est pour cela qu’il faut sortir de sa zone de confort. C’est beaucoup plus difficile de les amener à l’extérieur», dit-il.