POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Août of the box

La projection démographique, un exercice difficile



Preuve de la complexité de l’exercice, le scénario central de 2005 laissait augurer une population de l’ordre de 510.000 personnes en 2019, année au cours de laquelle le Luxembourg a excédé la barre des 600.000 résidents. (Photo: Maison Moderne/Paperjam)

Preuve de la complexité de l’exercice, le scénario central de 2005 laissait augurer une population de l’ordre de 510.000 personnes en 2019, année au cours de laquelle le Luxembourg a excédé la barre des 600.000 résidents. (Photo: Maison Moderne/Paperjam)

Chaque mercredi de ce mois d’août, la Fondation Idea propose une réflexion un peu provocatrice sur un thème lié à l’économie au sens large. Pour ce quatrième exercice, Muriel Bouchet revient sur les projections de population au Luxembourg. Un exercice essentiel et pourtant malaisé.

Les projections de population ne constituent certes pas le principal sujet de conversation au jour le jour de nos concitoyens. Elles n’en sont pas moins incontournables, pour des pouvoirs publics désireux de mieux appréhender l’évolution future des dépenses de santé et de pension ou les besoins en termes d’assurance dépendance ou de maisons de repos, pour des entreprises voulant cerner les débouchés futurs de leurs produits respectifs, ou encore pour un individu s’interrogeant sur l’opportunité d’acquérir un bien immobilier. Sans compter les enjeux du point de vue de l’aménagement du territoire au sens large, en ce qui concerne notamment les infrastructures d’éducation, de transport, de logement ou les aires d’activité, le tout sous contrainte d’émissions CO2 (également tributaires de la population) maîtrisées.

Se pose dès lors la question cruciale de la fiabilité des projections démographiques. Qu’en est-il au Luxembourg depuis 1950? Le graphique suivant, confrontant (sur la base de données du Statec) l’évolution effective de la population (en bleu) et les différentes vagues de projection démographique, délivre déjà un message d’une clarté aveuglante, qui surprend dans une discipline où prévalent le plus souvent les messages complexes, contrastés et tout en nuances.

Projections démographiques luxembourgeoises: les «erreurs» de prévision à 15 années de la population totale.  (Graphique: Statec et calculs de la Fondation Idea)

Projections démographiques luxembourgeoises: les «erreurs» de prévision à 15 années de la population totale. (Graphique: Statec et calculs de la Fondation Idea)

Comme le montre le graphique, les projections considérées ont toutes donné lieu à une nette sous-estimation de la population – à l’exception peut-être de la projection de 1974. Ainsi, le taux total de sous-estimation sur 15 années a atteint plus de 10% dans six vagues de prévision sur huit, y compris les cinq plus récentes. À titre d’exemple, le scénario central de 2005 laissait augurer une population de l’ordre de 510.000 personnes en 2019, année au cours de laquelle le Luxembourg a excédé la barre des 600.000 résidents. Ce scénario n’envisageait une population supérieure au niveau actuel qu’en 2045, ce qui constitue un décalage d’un quart de siècle.

Les projections de 1975, renfermées dans le rapport dit «Calot», sont encore plus emblématiques de la sous-estimation (quasi) systématique de la population future dans les projections démographiques. Selon ce rapport, certes publié en 1978, soit en pleine crise sidérurgique, le Grand-Duché aurait dû compter 351.000 résidents en 2011, un chiffre en léger reflux par rapport à 1975. Or la population effective s’est élevée à 511.000 personnes en cette même année 2011, soit 160.000 personnes de plus qu’escompté 36 années plus tôt. Il s’agit de l’équivalent de la population cumulée (en 1975) des communes de Luxembourg, Esch-sur-Alzette, Differdange, Dudelange, Pétange et Sanem…

L’immigration nette sous-estimée

La principale source de sous-estimation de la population a été une bien trop grande «timidité» en matière d’immigration nette. Durant cette période, le Luxembourg s’est, il est vrai, caractérisé par une immigration résolument croissante. Il était objectivement difficile, sinon impossible, d’anticiper une telle évolution. Ainsi, l’immigration nette était de 1.091 personnes en 1970, de 3.942 en 1990, de 7.660 en 2010 et de 11.075 en 2019. Soit une multiplication par 10 de 1970 à 2019. S’il est aisé de gloser sur de telles évolutions ex post, il est à l’évidence difficile de les appréhender ex ante.

La sous-estimation (quasi) systématique de la population luxembourgeoise depuis 1950 s’explique également par la hausse prononcée de l’espérance de vie, qui a été systématiquement minimisée. Ce fut particulièrement le cas en 1950, 1975, 1980 et 1995.

Même si toute projection porte la marque du contexte qui préside à sa gestation, il importera à l’avenir de pallier ces biais, pouvant s’avérer particulièrement problématiques lorsqu’il s’agit d’anticiper et, par conséquent, de satisfaire les besoins d’infrastructures de transport, de logement, de garderies ou d’enseignement – pour ne citer que quelques exemples.