POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Inflation

Un nouvel index déclenché dans quelques mois?



Chauffage, essence, diesel… la hausse des prix s’est poursuivie en octobre. (Photo d’archives: Total / Christophe Steichen)

Chauffage, essence, diesel… la hausse des prix s’est poursuivie en octobre. (Photo d’archives: Total / Christophe Steichen)

L’inflation a fait un bond de 0,9% en octobre par rapport au mois précédent. L’effet direct de la flambée des prix pétroliers – de 10,5% par rapport à septembre, et de 48,5% par rapport à octobre 2020. À ce rythme, un nouvel index pourrait être déclenché au cours de la seconde partie de 2022.

Déclenchée en octobre dernier, une nouvelle indexation des salaires pourrait avoir lieu au 3e (scénario haut) ou 4e trimestre (scénario central) de l’année prochaine, soit dans 8 à 11 mois, annonce le Statec dans le dernier numéro de son «Statnews». Un effet direct d’une inflation observée plus vigoureuse et de nouvelles augmentations des prix à craindre dans les prochains mois.

Les prix continuent en effet de grimper au Luxembourg: + 0,9% entre septembre et octobre 2021, et + 3,6% si l’on compare à octobre 2020. En septembre, les prix avaient déjà augmenté de 2,7% en un an.

La flambée des prix des produits pétroliers, qui progressent de 10,5% en un mois et de 48,5% en un an, en est la cause directe. Au mois d’octobre 2021, le montant de la facture pour le mazout de chauffage a augmenté de 12,4% par rapport à septembre, le prix du gaz de ville de 17,7%, celui du diesel à la pompe de 9,6%, et celui de l’essence de 5,1%.

+0,4% hors produits pétroliers

En dehors des produits pétroliers, les prix augmentent cependant de 0,4% en un mois, surtout dans les services (+0,5% en un mois), ce que l’institut de statistiques explique par une répercussion de l’indexation des salaires. Les tarifs dans les maisons de soins ont par exemple augmenté de 2,2%. Dans la restauration, on est à +0,8% et +2,2% pour l’assurance-habitation.

Les prix des produits alimentaires croissent, de leur côté, de 0,1%, notamment la nourriture pour bébés (+4,6%) et la viande (+0,6%). Alors qu’ils diminuent pour les poissons et fruits de mer surgelés (respectivement -2,5% et -2%), les fruits frais (-1,4%) et l’huile d’olive (-1,4%).

Le prix d’un billet d’avion chute de 21,8% en un mois, mais augmente de 20,2% si on compare à octobre 2020.

Conséquence: la moyenne semestrielle de l’indice raccordé à la base 1.1.1948 passe de 896,23 à 899,33 points. Il s’agit du chiffre à tenir à l’œil pour savoir quand seront de nouveau indexés les salaires. Ce sera le cas lorsque l’indice atteindra 918,17 points. Ce qui pourrait, à ce rythme, être le cas dès le 3e ou le 4e trimestre de l’année prochaine.

Un taux annuel de 2,5% en 2021 et 2022

Les données mensuelles en constante augmentation poussent le Statec à revoir ses prévisions annuelles à la hausse. Il calcule un taux d’inflation de 2,5% en 2021 et en 2022. En août dernier, il tablait sur 2% en 2021, et 1,6% en 2022.

Avec une «incertitude plus élevée qu’à l’accoutumée», admet-il dans son communiqué de presse, à cause des hausses de prix qualifiées d’«inédites» sur le marché de gros, du gaz et de l’électricité.