PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Private Equity

Commentaire

Les principales tendances du private equity en 2022



La crise du Covid-19 va augmenter le flux des opérations en difficulté en Europe, estime Shanu Sherwani, analyste en capital-investissement (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

La crise du Covid-19 va augmenter le flux des opérations en difficulté en Europe, estime Shanu Sherwani, analyste en capital-investissement (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Les activité de rachat et la «dry powder» vont permettre au secteur du private equity de battre de nouveaux records. Mais le secteur devra relever de nombreux défis, de la pandémie à l’inflation en passant par l’ESG, estime Shanu Sherwani dans cette chronique.

Le secteur mondial du capital-investissement est en pleine effervescence. Après une brève interruption due au virus du Covid-19 qui a immobilisé l’économie mondiale, la fièvre des transactions est revenue au second semestre 2020, selon les données de Mergermarket et Dechert LLP. Cet élan ne semble pas s’essouffler à l’approche de 2022.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: au premier trimestre 2021, 4.605 rachats ont été réalisés dans le monde, battant ainsi le précédent record annuel. À l’échelle mondiale, le secteur est en passe de battre des records en termes de valeur. Les 1,170 milliard de dollars de transactions de janvier à septembre 2021 ont dépassé tous les chiffres annuels précédents depuis 2015.

Les mesures de relance monétaire et budgétaire à des niveaux historiques ont stimulé l’économie et atténué les effets de la pandémie, faisant monter en flèche les prix des actions publiques et des marchés de capitaux privés dans le processus.

Levée de fonds

Tout comme les transactions, les levées de fonds ont été abondantes. Selon Mergermarket et Dechert LLP, les sociétés de capital-investissement auraient levé 630 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2021. Selon les tendances actuelles, la collecte de fonds pourrait dépasser 1.200 milliards de dollars cette année et l’année prochaine. Je m’attends également à ce que davantage d’investisseurs privés accèdent aux fonds de capital-investissement. Compte tenu de la nature concurrentielle de la collecte de fonds institutionnels, il n’est pas surprenant que les sociétés de capital-investissement, qui ciblent généralement les grands investisseurs institutionnels, ciblent désormais les investisseurs privés.

Des opérations motivées par la technologie

La technologie joue également un rôle important dans le flux des transactions, en augmentant les prix. Qu’il s’agisse d’actifs purement technologiques ou d’entreprises appartenant à des secteurs qui connaissent une révolution numérique séculaire, le thème de la technologie stimule la demande et fait grimper les multiples dans un environnement déjà coûteux. Les bonnes affaires sont difficiles à trouver.

Selon Mergermarket et Dechert LLP, les TMT (technologies, médias et télécommunications) ont représenté 84 milliards de dollars de transactions en Europe. Cependant, les investisseurs européens se sont également concentrés sur les secteurs cycliques tels que la pharmacie, la médecine et la biotechnologie, avec 67,6 milliards de dollars investis dans l’industrie et la chimie et 35,1 milliards de dollars dans l’exploitation minière, les services publics et la construction.

Outre le fait que la technologie contribue moins à la valeur ajoutée du PIB en Europe qu’aux États-Unis, d’autres facteurs sont à prendre en compte. L’Europe et la Chine avaient des règles plus strictes que les États-Unis. La pandémie a frappé l’Europe plus durement que la Chine, qui avait ralenti la propagation du virus jusqu’à une flambée en juillet 2021. En conséquence, l’économie européenne a ralenti. Le PIB de l’UE a chuté de 6,8% en 2020, contre 3,5% pour les États-Unis. La Chine, quant à elle, a connu une croissance de 2,3%. Donc, en supposant que toutes les autres choses soient égales, il y a plus d’opportunités d’investir dans des entreprises en crise en Europe.

Dans le même ordre d’idées, je pense que la crise du Covid va augmenter le flux des transactions visant les entreprises en difficulté en Europe. Cela ne semble pas encore s’être produit, du moins pas de manière significative. L’Union européenne a donné de l’argent aux entreprises et maintenu les défauts de paiement à un faible niveau. Beaucoup pensent que les entreprises en difficulté seront vendues à des sociétés de capital-investissement lorsque le soutien financier et fiscal sera retiré.

Frais d’entrée plus élevés et inflation

Peu de general partners (GP) se plaindront d’avoir trop d’argent à leur disposition. Cependant, si l’on extrapole cette situation à l’ensemble du secteur du capital-investissement, les énormes réserves de «dry powder» deviennent un problème. Cela conduit toujours à une concurrence accrue et à des droits d’entrée plus élevés, rendant plus difficile l’obtention des rendements promis si les multiples n’augmentent pas pendant la durée de détention.

Cependant, d’autres défis importants sont en jeu, notamment des considérations économiques et politiques propres à chaque région. L’incertitude quant à la durabilité des taux de croissance actuels devrait persister et s’accentuer de manière significative lorsque les taux d’infection par le Covid fluctueront. Au cours des neuf derniers mois, l’inflation a également été un problème crucial pour les investisseurs dans toutes les catégories d’actifs.

Au sein du capital-investissement, les GP hésiteront à investir dans des actifs présentant des caractéristiques fixes, semblables à celles des obligations, comme les baux immobiliers, qui sont particulièrement exposés aux effets de l’inflation. À mesure que les prix et les coûts augmentent, les tendances séculaires importantes, telles que la technologie et les soins de santé, seront très recherchées.

Fonds de continuation

On assistera également en Europe à une tendance croissante des GP à vendre des actifs à des «fonds de continuation» qui sont également autogérés. La plupart des analystes du capital-investissement prévoient que l’un des effets de la crise sera la vente de sociétés de portefeuille prospères à des fonds de continuation, ce qui se produit généralement par le biais d’une transaction secondaire dirigée par le GP.

Bien que ces transactions nécessitent un suivi attentif des intérêts des investisseurs, elles offrent des avantages considérables tant aux investisseurs qu’aux commandités. Elles permettent aux commandités de garder le contrôle d’actifs de haute qualité par le biais d’un fonds de continuation, plutôt que de les vendre et de trouver une nouvelle société pour allouer les investissements. Les investisseurs ont le choix entre encaisser le fonds existant, que l’acheteur secondaire finance, ou reconduire et réinvestir leur part proportionnelle des actifs dans le fonds de continuation, conservant ainsi une exposition aux actifs.

En conséquence, les investisseurs peuvent obtenir des rendements plus élevés que ceux des actifs vendus à des tiers, et les GP peuvent gagner plus de «carried interest».

ESG

Les questions environnementales, sociales et de gouvernance ( ESG ) se sont rapidement hissées au premier rang des préoccupations des entreprises. Alors qu’elles n’étaient auparavant qu’un sujet de discussion, d’éminents investisseurs institutionnels ont mis les entreprises au défi d’agir sur les questions climatiques.

En conséquence, le capital-investissement devra suivre le mouvement, car les clients, les employés et les investisseurs en portefeuille exigent un comportement plus durable et socialement responsable de la part des entreprises.

En mars de cette année, l’Union européenne a annoncé son nouveau règlement sur la divulgation des informations relatives au financement durable , qui oblige les sociétés de capital-investissement, les fonds de pension, les fonds spéculatifs et autres gestionnaires d’actifs à respecter des critères de divulgation spécifiques pour les investissements en matière de climat, de diversité et de gouvernance. Non seulement les sociétés de capital-investissement européennes doivent s’y conformer, mais également tous les gestionnaires qui font de la publicité active pour leurs fonds dans l’UE.

Conclusion

Le secteur du capital-investissement a diverses raisons d’être optimiste en 2022. Les flux de transactions et les levées de fonds n’ont jamais été aussi importants. Ces dernières années, toutes les activités, du commerce de détail aux services financiers en passant par les soins de santé, ont été révolutionnées par la technologie, mais l’environnement de travail à distance induit par la pandémie a considérablement accéléré ce développement. Dans le cadre de sa stratégie de croissance des investissements à long terme, le capital-investissement continuera à rechercher les avancées technologiques prometteuses susceptibles de perturber et de révolutionner les secteurs.

Le secteur a largement reconnu la participation ESG comme une stratégie significative pour stimuler les rendements, car elle peut produire de la valeur tout en limitant le risque. Même si les prévisions générales pour 2022 restent positives, l’inquiétude croissante à l’égard de l’inflation et la possibilité d’une hausse des taux d’intérêt pourraient freiner la conclusion de transactions. Cependant, la capacité du secteur à s’adapter et à pivoter pour tirer parti des opportunités face à des changements rapides lui permet de gérer ces vents contraires potentiels avec succès.

Shanu Sherwani est analyste en capital-investissement. Il conseille plusieurs fonds de private equity et d’immobilier du premier quartile au Luxembourg.

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.