POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Pandémie

Premiers cas du variant sud-africain au Luxembourg



L’apparition de cette mutation inquiète les spécialistes. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

L’apparition de cette mutation inquiète les spécialistes. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Le Laboratoire national de santé fait état ce 27 janvier de l’observation des trois premiers cas du variant sud-africain du coronavirus à l’origine de la pandémie de Covid-19.

Le variant sud-africain tant redouté a fait son apparition au Grand-Duché, selon le LNS. Il rejoint donc le variant britannique, qui a déjà contaminé 36 personnes, selon les dernières statistiques du ministère de la Santé. Les deux premiers cas de ce variant ont été détectés la deuxième semaine de janvier, avant la découverte d’un troisième cas la semaine dernière. Le variant sud-africain est également présent en France, dans la région Grand Est. Cinq cas ont été confirmés par l’Agence régionale de santé. Ce qui rend cette mutation préoccupante est sa transmissibilité élevée et la protection réduite offerte contre elle par des anticorps.

Inquiétudes sur l’efficacité des vaccins

Les spécialistes redoutent en effet un risque important de réinfection et une baisse de l’efficacité des vaccins. Les vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech seraient légèrement moins efficaces, selon les laboratoires, tout en restant «protecteurs». Moderna a annoncé ce 25 janvier travailler, par précaution, sur une nouvelle forme de son vaccin contre le Covid-19 pour lutter contre le variant sud-africain, rapporte le Financial Times. L’injection d’une troisième dose serait également envisagée pour lutter plus efficacement contre le variant.