ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

L’électrique, cette priorité

Premier «Power Day» de Volkswagen



Thomas Schmall a indiqué que son groupe visait à réduire le coût des batteries de 30 à 50% selon les gammes.  (Photo: Volkswagen)

Thomas Schmall a indiqué que son groupe visait à réduire le coût des batteries de 30 à 50% selon les gammes.  (Photo: Volkswagen)

Le groupe Volkswagen a organisé, ce lundi, à la mi-journée, son premier «Power Day», à l’image de la conférence d’Elon Musk pour promouvoir ses voitures Tesla. Au menu, six usines de production de batteries, 18.000 bornes de recharge et des projets.

«La mobilité électrique est devenue notre cœur de métier. Nous assurons une ‘pole position’ à long terme dans la course à la meilleure batterie et à la meilleure expérience client à l’ère de la mobilité zéro émission», a déclaré le président du conseil d’administration du groupe Volkswagen, Herbert Diess, à l’occasion de la première conférence du groupe sur l’électrique.

«Avec nos partenaires, nous voulons que six usines cellulaires soient opérationnelles au total en Europe d’ici 2030, garantissant ainsi la sécurité d’approvisionnement», explique Thomas Schmall. À partir de 2023, les nouvelles usines devraient produire des cellules d’une valeur énergétique totale de 240GWh par an. Les deux premières usines fonctionneront à Skellefteå et à Salzgitter. Volkswagen a décidé de recentrer le plan précédent sur la production de cellules et de concentrer la production de ses cellules premium dans la gigafactory suédoise «Northvolt Ett», à Skellefteå, en collaboration avec Northvolt.

«Nous visons à réduire le coût et la complexité de la batterie, tout en augmentant son autonomie et ses performances», explique M. Schmall. «Cela rendra enfin la mobilité électrique abordable et la technologie d’entraînement dominante.»

Objectif: une baisse de 30 à 50% du coût des batteries

Outre la production interne prévue, des avantages de coûts significatifs sont attendus principalement grâce à la nouvelle cellule unifiée. Elle devrait être lancée à partir de 2023 et sera installée dans toutes les marques dans jusqu’à 80% de tous les véhicules électriques du groupe en 2030. D’autres économies seront réalisées grâce à l’optimisation du type de cellule, au déploiement de méthodes de production innovantes et à un recyclage cohérent. 

Volkswagen vise à réduire progressivement les coûts des batteries dans le segment d’entrée de gamme jusqu’à 50%, et dans le segment de volume, jusqu’à 30%. «Nous utiliserons nos économies d’échelle au profit de nos clients également en ce qui concerne la batterie. En moyenne, nous réduirons le coût des systèmes de batteries à un niveau nettement inférieur à 100 euros le kilowattheure. Cela rendra enfin la mobilité électrique abordable et la technologie d’entraînement dominante.»

L’entreprise compte exploiter environ 18.000 points de recharge rapide publics en Europe d’ici 2025. Cela représente une multiplication par cinq du réseau de recharge rapide par rapport à aujourd’hui et correspond à environ un tiers de la demande totale prévue sur le continent pour 2025.

Cela se fera à travers une série de partenariats stratégiques, en plus de la joint-venture Ionity. Volkswagen souhaite établir environ 8.000 points de recharge rapide dans toute l’Europe avec BP. Volkswagen étend également le réseau public de recharge rapide aux États-Unis et en Chine. Electrify America prévoit environ 3.500 points de recharge rapide en Amérique du Nord d’ici la fin de l’année. En Chine, un total de 17.000 points de recharge rapide sont ciblés par Volkswagen d’ici 2025 via la joint-venture Cams.

La veille, le groupe avait communiqué la diminution du nombre de ses employés via des départs en retraite. Le chiffre n’est pas précisé dans la communication, mais il pourrait aller jusqu’à 5.000 postes, qui ne seront pas remplacés.