LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Mobilité

Collectivités

Le pôle d’échange Serra, pensé pour la multimodalité



La façade du P+R, composée de lamelles aux différentes tonalités de marron, change d’apparence en fonction de la lumière. (Photo: Étienne Duval)

La façade du P+R, composée de lamelles aux différentes tonalités de marron, change d’apparence en fonction de la lumière. (Photo: Étienne Duval)

Au Kirchberg, en arrivant sur le plateau, on découvre un nouveau pôle d’échange au niveau du rond-point Serra. Ce nouvel équipement public, situé juste derrière la station de tram et dont le parking est accessible depuis ce 3 mai, comprend aussi une gare de bus régionaux, et est complété par un immeuble de bureaux. On doit son architecture au bureau Steinmetzdemeyer en collaboration avec Pohl, qui travaillent pour le Fonds Kirchberg.

Pour concevoir ce pôle d’échange intermodal, les architectes se sont avant tout placés du côté des utilisateurs plutôt que de le considérer comme un équipement technique dédié aux bus et aux voitures, et ceci en vue d’inciter les utilisateurs à emprunter les transports en commun mis à disposition à cette entrée de la ville. Pour cela, les lieux sont généreux, les déplacements piétons naturels et intuitifs.

Il s’agit également du dernier bâtiment construit autour du rond-point Serra, et il doit par conséquent mettre en place un dialogue avec les autres immeubles présents pour créer un ensemble de caractère cohérent plutôt que d’édifier un monument supplémentaire.

D’autre part, il est question de passer de l’échelle de la voiture ou du bus à celle du piéton. Les architectes ont donc abordé cette problématique en travaillant précisément les proportions pour passer progressivement vers l’échelle humaine de la ville.

Ce grand volume est construit sur un ancien parking de surface. (Photo: Étienne Duval)

1 / 6

La façade est composée de lamelles aux formes multiples. (Photo: Étienne Duval)

2 / 6

La façade est composée de multiples lamelles aux orientations changeantes.  (Photo: Étienne Duval)

3 / 6

Dès les quais de bus, le caractère urbain est affirmé. (Photo: Étienne Duval)

4 / 6

Sous le parking, la gare de bus dévoile un caractère géométrique. (Photo: Étienne Duval)

5 / 6

Le béton de la structure est laissé brut. (Photo: Étienne Duval)

6 / 6

La gare des bus est une grande infrastructure composée de grandes sur­faces couvertes à forte identité, à l’image de ce que pouvaient être les grandes gares ferroviaires de la Révolution industrielle.

Les immeubles de bureaux et le P+R placés sur la gare sont autant de volumes reconnaissables dans l’ensemble par leur identité propre. L’architecture des façades est morcelée en volumes à échelle urbaine, les étages sont lisibles, la texture des façades est appréhendable par les piétons.

Fiche technique

Maître d’ouvrage: Fonds Kirchberg

Architectes: Steinmetzdemeyer, Pohl

Ingénieurs-conseils: Schroeder & Associés, Goblet Lavandier & Associés, InCA

Localisation: Luxembourg

Cet article a été rédigé pour le hors-série Paperjam Architecture + Real Estate, paru le 12 novembre 2020 et disponible à l’achat en kiosques ou sur  l’e-shop de Maison Moderne .

Le contenu du hors-série est produit en exclusivité pour le hors-série, il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.