ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

revue de presse

Pointée du doigt, Lactalis conteste la fraude fiscale



Lactalis est le premier groupe laitier mondial. (Photo: Shutterstock)

Lactalis est le premier groupe laitier mondial. (Photo: Shutterstock)

Premier groupe laitier mondial, l’entreprise française Lactalis est pointée du doigt pour une fraude fiscale pouvant porter sur 220 millions d’euros. Elle aurait été orchestrée via une société-écran basée au Luxembourg.

Le site d’investigation Disclose a travaillé durant plusieurs mois en partenariat avec Mediapart, Brut, France Culture, The Guardian, Envoyé spécial (France 2) et Le Poulpe sur l’ingénierie financière de Lactalis, premier groupe mondial dans le secteur laitier. Selon leurs conclusions, le géant français aurait détourné de l’imposition, entre 2013 et 2018, environ 220 millions d’euros. Une somme venant principalement des bénéfices de filières britanniques et espagnoles, et qui auraient transité via Nethuns, une société-écran basée au Luxembourg.

113 documents examinés

Les journalistes ont examiné 113 documents financiers démontrant un système complexe de remboursement de prêts via Nethuns. Emmanuel Besnier, sa sœur Marie Besnier et son frère Jean-Michel Besnier, tous les trois actionnaires de Lactalis – le premier en étant aussi le président –, sont en tout cas enregistrés comme les bénéficiaires effectifs de Nethuns.

Dans un communiqué à l’AFP, Lactalis a indiqué ne pas pratiquer l’évasion fiscale et payer ses impôts en France.

Ce n’est pas la première fois que le géant du lait est inquiété. Cela avait déjà été le cas en 2018 de la part de plusieurs médias, dont Mediapart. Puis, en 2019, via Ouest-France suite à un rapport d’expertise de la Confédération paysanne.