POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

mesures sanitaires

Tout savoir pour se rendre à l’étranger malgré la pandémie



France, Belgique, Allemagne: quelles mesures pour Pâques et après? (Photo: Maison Moderne/archives)

France, Belgique, Allemagne: quelles mesures pour Pâques et après? (Photo: Maison Moderne/archives)

Restrictions de déplacement, documents à fournir, lieux ouverts et fermés… Voici ce qu’il est possible de faire ou non chez nos voisins, notamment lors de ce week-end de Pâques.

À l’approche du long week-end de Pâques et au regard des restrictions «Covid» différentes d’un pays à l’autre, de nombreuses questions se posent. Un résident luxembourgeois peut-il traverser la frontière pour rendre visite à sa famille? Quelles sont les règles sur place? Qui peut, à l’inverse, venir au Luxembourg? 

En France

Il y a de quoi s’y perdre sur le site d’informations coronavirus français. Il est écrit que «les restrictions actuellement en vigueur dans 19 départements sont étendues à tout le territoire métropolitain, dès le samedi 3 avril 19h, et pour une durée de 4 semaines, soit: pas de déplacement en journée au-delà de 10 kilomètres (du domicile, ndlr), sauf motif impérieux ou professionnel (sur présentation de l’attestation), après la fin du week-end de Pâques». Alors, quand cette mesure des 10 kilomètres prend-elle effet? Le service Communication du Premier ministre français n’a pu nous l’indiquer, mais à la ligne téléphonique dédiée aux mesures Covid, on nous dit que la limite démarre dès le samedi 3 avril à 19h. Pour aller plus loin, pour raisons professionnelles ou impérieuses, il faudra se munir d’une attestation

Conséquence: un résident luxembourgeois ne pourra plus se rendre, à partir de cette date, au-delà de 10 kilomètres de son domicile côté français pour se promener ou rendre visite à des proches, nous confirme-t-on à la hotline.

À partir du lundi 5 avril, les déplacements interrégionaux seront eux aussi interdits, sauf pour les motifs impérieux et professionnels. Le but affiché du gouvernement étant de permettre aux Français de choisir le lieu où ils souhaitent s’isoler. Mais pourra-t-on encore passer du Luxembourg aux régions frontalières françaises après Pâques? «Dans la limite des 10 kilomètres, oui», clarifie encore la ligne téléphonique coronavirus.

Pour rentrer sur le territoire depuis un pays de l’Union européenne, un test PCR négatif de moins de 72 heures à l’arrivée est toujours demandé. Sauf pour les travailleurs frontaliers, les transporteurs routiers et les «habitants d’un bassin de vie frontalier», qui peuvent effectuer des déplacements sans test «dans un périmètre défini par un rayon de 30km de leur résidence». Zone qui se réduit donc à 10 kilomètres, avec les restrictions, appuie la hotline.

Sur place, dès ce samedi à 19h, les commerces considérés comme non essentiels seront fermés. La liste de ceux jugés essentiels, disponible via ce lien , a été allongée par rapport au premier confinement. Il sera par exemple possible de se rendre chez le chocolatier, le libraire ou le coiffeur. Mais pas dans un salon d’esthétique.

Impossible également de boire un verre en terrasse, cafés et restaurants restant fermés. De même pour les cinémas, théâtres, salles de spectacle, équipements sportifs ou de loisirs. Les lieux de culte restent quant à eux ouverts. Les rassemblements en extérieur sont possibles avec un maximum de six personnes, mais «il n’est pas possible de recevoir des invités chez soi», rappelle le service Presse du Premier ministre. Un couvre-feu s’impose sur tout le territoire entre 19h et 6h, sauf raisons impérieuses ou professionnelles. Là aussi, une attestation de déplacement ou de l’employeur sera nécessaire pour circuler en dehors des horaires. Pour se promener dans la limite des 10 kilomètres, un justificatif de domicile suffit.

En Belgique

Côté belge, le message est clair: «Les voyages non essentiels vers l’étranger sont interdits pour les personnes ayant leur résidence principale en Belgique», et «les voyages non essentiels vers la Belgique sont interdits pour les personnes ayant leur résidence principale à l’étranger», lit-on sur le site d’informations sur le Covid-19 . Pour les voyages considérés comme essentiels, par exemple pour raisons professionnelles ou de transit, il faudra seulement remplir une déclaration sur l’honneur .

Si on reste plus de 48 heures sur le territoire, un test PCR négatif de moins de 72 heures peut être demandé (pour les voyages en avion, train, bus ou bateau, et si on vient d’une zone rouge), et le formulaire de localisation du passager  doit être rempli.

Sur place, pas de bars ou de restaurants. Les commerces essentiels, listés ici , restent ouverts normalement. Les autres, uniquement sur rendez-vous. Les coiffeurs et autres professions de contact non médicales sont fermés, tout comme les cinémas, casinos et parcs d’attractions. Mais les lieux de culte, musées, villages de vacances et espaces extérieurs des parcs animaliers peuvent ouvrir.

En intérieur, chaque membre d’une famille peut recevoir un contact rapproché à domicile. Ceux qui vivent seuls ont droit à deux personnes, mais pas en même temps. À l’extérieur, les rassemblements peuvent aller jusqu’à quatre personnes au maximum. Les déplacements non essentiels sont interdits entre minuit et 5h du matin sur le territoire national. À Bruxelles, le couvre-feu démarre deux heures plus tôt et se termine une heure plus tard. Pour circuler durant ces horaires, il faudra un justificatif, comme une lettre de l’employeur, nous précise-t-on à la ligne dédiée par téléphone.

En Allemagne

Pour se rendre en Allemagne depuis une zone à risque – le Luxembourg et la Belgique étant considérés comme tels selon la liste du Robert Koch Institut  –, plusieurs éléments doivent être pris en compte. Un enregistrement d’entrée numérique  et, dans les 48 heures après l’arrivée, une preuve de non-infection au Covid-19 (test PCR ou certificat médical) sont nécessaires. Une période d’isolement s’impose à l’arrivée, de 10 jours, mais pouvant s’arrêter plus tôt avec un test PCR négatif. Des règles plus strictes sont prévues pour les personnes venant de «zones de variant(s) du virus», comme la Moselle, en France, notamment l’obligation de fournir une preuve de non-infection au Covid-19 de moins de 48 heures avant l’entrée sur le territoire.

Les frontaliers des zones à risque peuvent échapper au test obligatoire, mais pour ceux des zones de variants du virus, «il n’y a pas d’exception», est-il écrit sur l’espace questions/réponses du site du ministère de la Santé .

Dans le sens inverse, «en principe, les Allemands peuvent prendre des vacances dans les pays de l’Union européenne», y lit-on. Mais ils devront se plier aux règles d’entrée sur le pays à leur retour s’ils ont séjourné plus de 10 jours dans une zone à risque.

Les ouvertures et fermetures varient selon les réglementations des Länder, et le taux d’incidence sur les sept derniers jours. Sur le site du gouvernement fédéral, on peut lire que les fleuristes ou les lieux de culte sont ouverts. Les zoos, seulement où le taux d’incidence le permet. Certaines terrasses accueillent à nouveau des clients, comme à Trèves, avec test négatif obligatoire . Les rassemblements privés se limitent à cinq personnes, un nombre qui varie également selon le taux d’incidence dans la région.

Au Luxembourg

Pour rappel, au Luxembourg, les commerces sont encore ouverts, et les restaurants, fermés, pourront sortir leurs terrasses dès le 7 avril, de 6h à 18h . Avec une limite de deux personnes par table, sauf si elles cohabitent. Le couvre-feu démarre toujours à 23h, et le nombre d’invités maximum au domicile reste fixé à deux personnes. Pour entrer dans le territoire par voie aérienne, des tests Covid négatifs de moins de 72 heures sont demandés .