POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Communication financière

Plus de transparence dans les îles anglo-normandes



Les registres des îles seront interconnectés avec ceux de l’UE pour favoriser la communication de renseignements financiers. (Photo: Shutterstock)

Les registres des îles seront interconnectés avec ceux de l’UE pour favoriser la communication de renseignements financiers. (Photo: Shutterstock)

Les gouvernements de Jersey, de Guernesey et de l’île de Man se sont engagés à davantage de transparence pour lutter contre le blanchiment.

La pression de l’Union européenne a fonctionné. Les gouvernements de Jersey, de Guernesey et de l'île de Man ont conjointement annoncé le 19 juin qu’ils allaient prendre des mesures «dans un délai raisonnable» en faveur d’une plus grande transparence concernant les sociétés implantées sur leur sol.

Parmi les principales avancées, les propriétaires des entreprises qui y sont enregistrées seront progressivement rendus publics.

L’objectif? «Évoluer pour répondre aux nouvelles normes internationales sur l’accès et la transparence», ont expliqué les autorités de ces territoires qui dépendent de la Couronne britannique. Les trois gouvernements affirment leur volonté de se conformer aux exigences liées à la cinquième directive européenne sur le blanchiment des capitaux.

Trois étapes

L’ouverture de ces territoires se fera en trois étapes. Dans un premier temps, les registres des îles seront interconnectés avec ceux de l’UE pour favoriser la communication de renseignements financiers avec les administrations fiscales.

«Il est dans notre intérêt stratégique et notre position en tant que juridictions responsables de nous engager à développer davantage l’accessibilité et la transparence de notre registre de la propriété effective pour les entreprises», affirme Howard Quayle MHK, ministre en chef de l’île de Man,  dans un communiqué .

Puis les données des registres pourront progressivement être communiquées à des entreprises ayant besoin d’accéder aux comptes des sociétés, avant qu’elles puissent enfin être consultables par le grand public.

«Nous espérons encourager d’autres juridictions à rehausser leurs propres normes, particulièrement en ce qui concerne la vérification des données et la régulation du secteur des services financiers», déclare le ministre des Relations extérieures de Jersey, le sénateur Ian Gorst, dans le communiqué.