POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Rémunération

22 banquiers de la Place touchent plus d’un million d’euros



Le Luxembourg est un des rares pays européens où le nombre de «big earners» a baissé en 2019. (Photo: Shutterstock)

Le Luxembourg est un des rares pays européens où le nombre de «big earners» a baissé en 2019. (Photo: Shutterstock)

L’European Banking Authority vient de publier son relevé des salaires dans les banques européennes. Le Luxembourg ne se situe pas dans le peloton de tête, mais 22 banquiers ont tout de même perçu plus d’un million d’euros en 2019.

«Big earners»: c’est ainsi que l’Autorité bancaire européenne (EBA, pour European Banking Authority) qualifie les banquiers qui perçoivent un million d’euros, au minimum, de salaire annuel. Elle vient d’en livrer le relevé pour l’année 2019, tel que prévu par une directive européenne de 2013. Les données sont collectées auprès des organes nationaux de surveillance.

En ce qui concerne le Luxembourg, 22 banquiers – contre 23 en 2018 – ont perçu au moins un million d’euros en 2019. 16 ont été rétribués entre 1 et 2 millions, quatre entre 2 et 3 millions, un entre 3 et 4 millions. L’un de ceux-ci a perçu entre 4 et 5 millions d’euros. Au total, ils ont profité de 16.865.593 millions d’euros en rémunération fixe, 19.846.852 en rémunération variable.

18 de ces banquiers occupaient des fonctions dirigeantes. Un était actif dans le retail banking, un dans des services corporate et deux dans l’asset management.

Ces «big earners» étaient 4.938 en 2018 en Europe, 4.963 un an plus tard. Le Luxembourg est bien loin d’être le lieu où le plus grand nombre de banquiers touchent le plus. C’est le Royaume-Uni qui mène la danse, et de loin avec 3.519 «big earners» sur son territoire.  Au niveau continental, il y en avait 492 en Allemagne, 270 en France, 241 en Italie… 

Si de nombreux pays européens ont vu le nombre de «big earners» augmenter en 2019, il faut y voir un effet des relocalisations dans la perspective du Brexit, des bons résultats dans certains secteurs comme le corporate banking ou encore… les restructurations, qui ont entraîné une hausse de certains paiements.

Le recordman absolu est aussi installé sur le sol anglais: il a perçu, en 2019, entre 64 et 65 millions d’euros. Un record depuis 2014.