POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Demande de pastilles d’iode

Les pharmacies demandent de ne pas encombrer leurs lignes



«Le Syndicat des pharmaciens luxembourgeois souhaite souligner que les officines ne détiennent pas de stock de comprimés d’iodure de potassium pour une dispensation préventive auprès de la population, et demande au public de ne pas encombrer les lignes téléphoniques de ces dernières.» (Photo: Archives/Christophe Lemaire/Maison Moderne)

«Le Syndicat des pharmaciens luxembourgeois souhaite souligner que les officines ne détiennent pas de stock de comprimés d’iodure de potassium pour une dispensation préventive auprès de la population, et demande au public de ne pas encombrer les lignes téléphoniques de ces dernières.» (Photo: Archives/Christophe Lemaire/Maison Moderne)

Après le ministère de la Santé, qui a réagi ce mercredi 2 mars, c’est au tour du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois de demander ce jeudi aux citoyens d’arrêter de vouloir se procurer des comprimés d’iodure de potassium.

«Ces derniers jours, beaucoup de citoyens ont essayé de se procurer des comprimés d’iodure de potassium dans les pharmacies. Le Syndicat des pharmaciens luxembourgeois (SPL) souhaite souligner que les officines ne détiennent pas de stock de comprimés d’iodure de potassium pour une dispensation préventive auprès de la population, et demande au public de ne pas encombrer les lignes téléphoniques de ces dernières.» C’est ainsi que le SPL a réagi dans un communiqué, ce jeudi 3 mars, via la CLC à laquelle il est affilié.

Depuis le début du conflit en Ukraine et la menace nucléaire russe, les pharmacies sont en effet sollicitées par des résidents du pays afin d’obtenir des comprimés d’iode , recommandés en cas d’accident de centrale nucléaire. Le ministère de la Santé avait déjà publié un communiqué ce mercredi 2 mars sur le sujet, expliquant que «la Direction de la santé rappelle dans ce contexte que la prise de comprimés d’iodure de potassium est exclusivement indiquée en cas d’accident dans une centrale nucléaire, et sur instruction des autorités».

Les communes comme interlocutrices

Les comprimés distribués lors de la campagne de 2014 sont encore bons et pourraient être utilisés en cas de besoin, car les comprimés d’iodure de potassium sont à base «d’un sel et d’iodure de potassium, qui, dans des conditions de stockage normales, ne périment pas. C’est pour cette raison qu’il y a seulement une date de fabrication sur la boîte», explique le site infocrise.public.lu, qui recense de nombreuses FAQ sur le sujet.

En cas de manque ou de perte de comprimés, il est conseillé de s’adresser à son administration communale. Les entreprises peuvent également faire une demande via un formulaire pour obtenir des comprimés d’iodure de potassium pour leurs salariés.