POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

pause estivale

Pas de vacances à temps plein pour le gouvernement



Le Premier ministre aspire à quelques jours de congé. Mais ne sait pas si cela sera possible. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Le Premier ministre aspire à quelques jours de congé. Mais ne sait pas si cela sera possible. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Après des mois harassants, la plupart des ministres aspirent à un peu de repos. Mais, crise sanitaire oblige, cette période estivale sera un peu différente des autres.

Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) l’a confié à Paperjam voici peu: il avait prévu de partir quelques jours en vacances, aimerait pouvoir le faire, mais ne sait toujours pas à cette heure si cela sera possible… La crise sanitaire, loin d’être terminée, bouscule donc aussi les agendas estivaux. «Tout dépendra de l’évolution des chiffres au cours des jours à venir», dit-il. «La situation demande une vigilance de tous les instants. J’ai choisi de faire de la politique, de m’engager pour les citoyens, et j’assume pleinement…»

Les ministres vont néanmoins pouvoir souffler un peu, pour la plupart d’entre eux. Mais «le pays ne sera pas abandonné. Des ministres seront toujours là, présents sur le territoire», nous dit-on. Le Premier ministre ne quittera donc pas le pays, si cela devait être le cas, en même temps que ses vice-Premiers ministres, assure-t-on.

Un conseil de gouvernement chaque vendredi

Lors de la tempête qui a frappé Bascharage voici un an,  «j’étais sur place dès le lendemain, revenu de l’étranger», rappelle Xavier Bettel. Qui avoue avoir vécu là des moments très douloureux «au contact de gens qui avaient tout perdu en quelques instants». C’est le ministre Dan Kersch (LSAP) qui s’était déplacé dans les plus brefs délais, avant le retour du Premier ministre et dans l’attente de celui de Taina Bofferding (LSAP), ministre de l’Intérieur.

Cette année, «pour la première fois depuis que je suis Premier ministre, il n’y aura pas de semaine blanche. Habituellement, il y a toujours eu une période au cours de laquelle il n’y avait pas de conseil de gouvernement. Ce ne sera pas le cas et les ministres savent qu’un conseil aura lieu chaque vendredi, au sujet de la crise sanitaire. Ces conseils se feront en utilisant Zoom», explique Xavier Bettel.

Les députés aussi vont lever le pied, les derniers bilans des partis ont été dressés et l’activité parlementaire est en sommeil jusqu’au 13 octobre. «Néanmoins, nous savons tous que la situation peut évoluer et que des décisions nouvelles pourraient être nécessaires. En tant que député, je pense que nous devons rester disponibles», explique par exemple Djuna Bernard (Déi Gréng).

L’administration de la Chambre reste en service

D’ailleurs, l’administration de la Chambre continuera son travail durant toute la période estivale. «En réalité, l’administration de la Chambre n’a jamais été en pause complète», explique un de ses cadres. «Les services ne sont jamais fermés, même si les agents partent et qu’il y a moins de monde. Toutes les équipes se sont organisées pour être opérationnelles.»

Chacun aspire cependant à un peu de quiétude, car, poursuit notre interlocuteur, «la charge de travail a été conséquente. On n’avait jamais vu cela en 30 ans. Il y a eu le déménagement au Cercle Cité, évidemment. Mais aussi de nombreux travaux, le dialogue avec le gouvernement… Au final, la Chambre sort renforcée de cet épisode, notre administration aussi.»