PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Paiements scripturaux

Pas de pénurie de cartes bancaires au Luxembourg



Selon la Banque centrale du Luxembourg, un peu plus de 4,2 millions de cartes bancaires sont en circulation depuis décembre dernier. (Photo: Shutterstock)

Selon la Banque centrale du Luxembourg, un peu plus de 4,2 millions de cartes bancaires sont en circulation depuis décembre dernier. (Photo: Shutterstock)

La Smart Payment Association (SPA), qui regroupe notamment des diffuseurs de cartes bancaires, a tiré la sonnette d’alarme sur une possible pénurie de cartes bancaires. Les banques de la Place assurent que la situation est sous contrôle. 

Après les appareils électroniques, les voitures et les matériaux de construction , la pénurie de semi-conducteurs pourrait toucher le secteur bancaire et son besoin gigantesque en cartes de paiement. Une pénurie qui pourrait avoir des répercussions énormes alors qu’au Luxembourg, 69% des paiements scripturaux sont réalisés à l’aide d’une carte bancaire, qu’elle soit de débit ou de crédit.

Objet de notre quotidien, la carte bancaire a finalement été un moyen de paiement résilient pendant la crise. Mais avec les problèmes d’approvisionnement en puces, nécessaires à son bon fonctionnement, la SPA ne cache pas son inquiétude. «Aujourd’hui, avec la pénurie mondiale de puces, une autre menace est apparue. Les goulets d’étranglement largement signalés dans l’approvisionnement en puces sont devenus si critiques que les fabricants de cartes de paiement ont de plus en plus de difficultés à obtenir les puces nécessaires à la production des cartes. Cette crise ne montre aucun signe de fin à mi-chemin de 2021 et s’étendra tout au long de 2022. La SPA prévoit des perturbations importantes dans la production de cartes de paiement, échappant au contrôle raisonnable des fabricants de cartes de paiement, qui affecteront leur capacité à répondre à la totalité de la demande», souligne, dans un communiqué, la SPA.

3 milliards de cartes produites par an

Selon la Smart Payment Association (SPA), ce sont plus de 3 milliards de cartes de paiement qui sont produites tous les ans dans le monde dans le cadre du renouvellement des cartes bancaires, d’une ouverture de compte ou encore tout simplement lors des demandes de remplacement en cas de perte, vol ou destruction de la carte bancaire.

Au Grand-Duché, la Banque centrale du Luxembourg indique qu’au 31 décembre dernier, «le nombre de cartes de paiement émises au Luxembourg s’est élevé à 2.069.275 pour les cartes de débit et 2.228.120 pour les cartes de crédit». Généralement, la durée de validité des cartes de crédit est de quatre ans et de cinq ans pour les cartes de débit. 

12,3 milliards d’euros de paiements au Luxembourg en 2019

Du côté des banques luxembourgeoises, on garde son calme et on assure que les clients ayant besoin d’une carte de banque cette année seront livrés. «La pénurie de cartes bancaires signalée ailleurs dans l’industrie ne se fait pas sentir chez nous, du moins pour le moment. Notre fournisseur n’a pas allongé les délais de livraison», assure ING Luxembourg, qui estime qu’un client possède généralement une carte de débit et une carte de crédit, «mais il est très difficile d’établir une moyenne».

En effet, «certains clients ne possèdent pas du tout de carte, d’autres une carte virtuelle, d’autres ont des comptes joints avec plusieurs cartes», précise encore la banque, dont le siège est situé en face de la gare. 

La Spuerkeess assure pour sa part «planifier le renouvellement des cartes de banque bien en avance. Les clients ayant besoin d’une nouvelle carte n’auront pas d’attente supplémentaire.» 

Selon les données de la Banque centrale du Luxembourg, en 2019, 69% des paiements ont été réalisés à l’aide d’une carte bancaire. Dans le détail, 36% des paiements scripturaux au Luxembourg ont été réalisés avec une carte de débit (soit 109,2 millions de paiements) et 33% au moyen d’une carte de crédit (soit 101,3 millions de paiements). 

En valeur, en 2019, les paiements avec une carte de débit ont concerné 4,8 milliards d’euros, et 7,5 milliards d’euros via une carte de crédit.