POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Sur fond de polémique en Belgique

L’Institut Confucius n’est pas menacé à l’Uni



Ambassadeur de la culture chinoise, l’Institut Confucius organisera en janvier prochain son deuxième Nouvel An chinois sur la place d’Armes à Luxembourg. (Photo: Institut Confucius)

Ambassadeur de la culture chinoise, l’Institut Confucius organisera en janvier prochain son deuxième Nouvel An chinois sur la place d’Armes à Luxembourg. (Photo: Institut Confucius)

L’institut culturel chinois donne toute satisfaction à l’Uni alors que deux universités de Bruxelles viennent de mettre fin à leur collaboration avec ses cousins sur base de soupçon d'espionnage.

En une semaine, deux Instituts Confucius ont été boutés hors du paysage universitaire bruxellois. D’abord par la Vrije Universiteit Brussel (VUB), qui n’a pas renouvelé son contrat avec l’IC après avoir découvert que le directeur Xinning Song, soupçonné d’espionnage, a été banni cet été de l’espace Schengen pour une durée de huit ans.

Puis par l’Université libre de Bruxelles (ULB), justifiant sa décision par le fait que le partenariat conclu en 2016 «générait trop peu de retombées et d’activités académiques», rapportait la RTBF mercredi.

La radio publique belge cite aussi les propos de Michel Juneau-Katsuya, ex-directeur de la zone Asie-Pacifique au Service canadien du renseignement de sécurité, dans un reportage de Radio-Canada: «La fonction première affichée par les Instituts Confucius est de vouloir partager la culture et la langue chinoises. Mais les gens qui vont aller y travailler ont des fonctions bien précises. Plusieurs universités se sont aperçues que les professeurs allaient beaucoup plus loin que simplement enseigner la culture et la langue. Des choses ne pouvaient pas être enseignées, les fameux cinq poisons: le Tibet, Taïwan, par exemple. L’objectif, à la fin, est d’influencer la pensée des gens.»

L’Institut Confucius à l’Université du Luxembourg est un partenariat fructueux entre l’Université Fudan (Shanghai), l’Université du Luxembourg et l’Institut Confucius en Chine.

Université du Luxembourg

Une réputation que rejette fermement le directeur de l’Institut Confucius établi en avril 2018 au sein de l’Université du Luxembourg, deux ans après son officialisation lors d’une mission économique luxembourgeoise en Chine. 

«Le partenariat se passe très bien au Luxembourg», assure le directeur Jauffrey Bareille, qui ne souhaite pas commenter les déboires des Instituts Confucius liés à la VUB et à l’ULB. «Les relations entre l’Institut Confucius, l’université Fudan et l’Université du Luxembourg se déroulent à merveille.»

Même son de cloche du côté de l’Uni. «L’Institut Confucius à l’Université du Luxembourg est un partenariat fructueux entre l’université Fudan (Shanghai), l’Université du Luxembourg et l’Institut Confucius en Chine. [Il] se consacre à la promotion du développement de la langue et de la culture chinoises, tant au sein de l’Université et au Luxembourg, en particulier au niveau éducatif, culturel, économique et scientifique. Cet engagement se veut partie d’une approche plus large visant à renforcer la compréhension mutuelle et les relations bilatérales entre la Chine et le Luxembourg. L’Institut propose en particulier des cours de langue, des conférences et d’autres activités culturelles.»

L’Institut Confucius est une passerelle d’échanges entre l’Uni et l’université Fudan, et plus largement entre le Luxembourg et la Chine au niveau académique, culturel et pédagogique.

Jauffrey Bareille,  directeur de l’Institut Confucius à l’Uni 

Soulignant «l’indépendance de chaque Institut Confucius dans ses missions et le développement de ses échanges», M. Bareille rapporte des «retombées plutôt bonnes puisque nous avons franchi le seuil des 200 apprenants».

L’Institut dispense des cours de chinois de base ou business aux étudiants de l’Uni – en tant que cours optionnels – ainsi qu’au grand public, mais aussi des cours de calligraphie et de tai-chi. Trois professeurs viennent de l’université Fudan et trois autres ont été recrutés au Luxembourg.

«Nous développons également des activités culturelles tout au long de l’année. Nous avons organisé l’an dernier la toute première parade du Nouvel An chinois, avec la danse du dragon, des stands et manifestations culturelles. Nous avons eu de bons retours et nous réitérons l’expérience le 18 janvier prochain.»

L’Institut Confucius accueille encore des conférences faisant intervenir des professeurs de l’université Fudan à Shanghai et a lancé en octobre dernier un cycle de soirées mensuelles dédiées au cinéma chinois en collaboration avec le Cercle Cité.

M. Bareille considère l’Institut comme une «passerelle d’échanges entre l’Uni et l’université Fudan, et plus largement entre le Luxembourg et la Chine au niveau académique, culturel et pédagogique».