POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Mobilité des frontaliers

Des parkings de covoiturage étudiés à Arlon



239658.jpg

De nouveaux parkings de covoiturage devraient voir le jour à Arlon, mais pas avant 2020. (Photo: Shutterstock)

De nouvelles zones pour les parkings de covoiturage devraient voir le jour d’ici un à deux ans à Arlon. Des emplacements potentiels sont en cours d’analyse.

Alors que la bande de covoiturage entre Arlon et Sterpenich , sur l’autoroute E411, est accessible depuis début mai, des solutions de stationnement pour les covoitureurs sont à l’étude. «On est sur différentes pistes, des terrains communaux, qui doivent impérativement se situer en amont de la bande de covoiturage», explique Vincent Magnus, bourgmestre d’Arlon, à Paperjam.

Trois lieux aux abords de l’autoroute avaient retenu l’attention de la Ville d’Arlon et du SPW (Service Pubic de Wallonie):

- la sortie 30 à Fouches (N83);

- la sortie 31 sur la route de Virton;

- la sortie 32 à Weyler.

La sortie 32 a été rapidement écartée en raison du manque de place.

La sortie 30 à Fouches présente un défaut: elle est inaccessible aux automobilistes venant dans le sens Bruxelles-Luxembourg.

La sortie 31, située sur la route de Virton, est, quant à elle, potentiellement exploitable. «C’est techniquement possible. Il y a de la place», nous confie-t-on au service technique de l’administration d’Arlon.

Mais «pour le moment, il est encore trop tôt pour se prononcer», explique Pierre-Yves Trillet, directeur des Routes de la Province de Luxembourg (SPW).

Un inventaire des sites en cours

«Nous avons fait un inventaire des sites en Région wallonne susceptibles d’accueillir un parking de covoiturage. Les montants sont débloqués mais la répartition n’a pas encore été définie», précise Pierre-Yves Trillet.

Des parkings de covoiturage à Arlon devraient donc voir le jour, mais pas avant 2020, en principe», nous dit-on au SPW. Car certains parkings nécessiteront peu d’aménagement (et pourraient donc voir le jour plus rapidement), tandis que d’autres se verront équipés notamment de bornes de recharge électrique.

«Ce qui est sûr, c’est que des parkings de covoiturage sont nécessaires à Arlon, ainsi qu’entre Arlon et Habay. Nous devons préparer la mobilité de demain.»

Et si les terrains publics le long des autoroutes faisaient défaut, la solution pourrait venir de partenariats public-privé, comme ceux qui existent déjà avec Cora et Ikea, qui dédient une zone de leur parking au stationnement des covoitureurs en semaine.

Modernisation de l’échangeur et parking de covoiturage à Habay

Pendant que les solutions sont encore en phase d’étude à Arlon, le projet de modernisation de l’échangeur 29 d’Habay, qui comprendra l’intégration d’un parking de covoiturage, est déjà planifié. L’exécution du plan, financé à hauteur de 2.200.000 euros, est attendue aux alentours de 2021.