ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

commerces

Un parfum de soldes dans les boutiques



Pas question de parler de soldes, mais des promos, remises et autres prix spéciaux sont légion dans de nombreuses boutiques en cette semaine de réouverture. (Photo: Maison Moderne)

Pas question de parler de soldes, mais des promos, remises et autres prix spéciaux sont légion dans de nombreuses boutiques en cette semaine de réouverture. (Photo: Maison Moderne)

Si le début officiel de l’opération est prévu le 20 janvier, de nombreux commerçants proposent déjà des remises depuis la réouverture de lundi. La soif de liquidités et de clients est bien présente.

Ne dites pas «soldes»: c’est interdit jusqu’à leur lancement officiel le 20 janvier prochain . En attendant, les remises, promos et autres prix spéciaux s’affichent dans les vitrines de nombreux commerces au Grand-Duché, qui ont repris leurs activités lundi, après deux semaines de fermeture imposée par le gouvernement pour raisons sanitaires.

«J’ai exactement les mêmes remises qu’aux soldes, c’est juste que je ne peux pas utiliser le mot ‘soldes’, car on m’a demandé d’attendre le 20 janvier», résume Marc Muller, président de la Femo et directeur d’une enseigne de maroquinerie.

Pas de pic d’affluence constaté

Vérification faite, ce mercredi: les affiches et étiquettes à prix barrés sont nombreuses dans les enseignes de prêt-à-porter, à l’inverse du passage des clients, qui se font plutôt discrets.

Certains attendraient les soldes, qui riment à leurs yeux avec bonnes affaires, alors que dans quelques boutiques, on peut voir des affiches évoquant – au 3e jour d’ouverture – une deuxième démarque.

D’autres ont peut-être déjà fait leurs emplettes sur le web pendant le confinement ou en Belgique, où les soldes ont débuté le 4 janvier dernier. Quoi qu’il en soit, les détaillants luxembourgeois assurent avoir de quoi contenter le plus grand nombre.

On a un stock à gogo, les nouvelles marchandises entrent, et on a besoin de liquidités.

Marc Muller,  président ,  Femo

«On a un stock à gogo, les nouvelles marchandises entrent, et on a besoin de liquidités», souligne Marc Muller.

Car si les rues piétonnes et centres commerciaux ont connu des pics d’affluence les week-ends d’automne , boostés par la clientèle étrangère désireuse d’échapper aux mesures de confinement dans leur pays de résidence, le volume des ventes global reste impacté par les deux fermetures forcées au Luxembourg, le recours au télétravail qui amoindrit le flux de passage et les nouvelles habitudes de consommation.

Bref, la chasse aux bonnes affaires est d’ores et déjà ouverte au Luxembourg, malgré le report des soldes d’hiver au 20 janvier. Pour la petite histoire, la CLC et les commerçants avaient plaidé pour une réouverture coïncidant avec les soldes. Le gouvernement en a décidé autrement pour limiter les risques d’attroupement. Force est de constater que pour l’heure, flux de chalands et tarifs s’affichent au rabais dans de nombreuses boutiques.