LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

L’AVIS DU PÉDIATRE

«Les parents ne devraient pas trop s’angoisser»



Les enfants à l’école devront s’habituer à suivre de nouvelles règles. (Photo: Shutterstock)

Les enfants à l’école devront s’habituer à suivre de nouvelles règles. (Photo: Shutterstock)

Alors que la réouverture des écoles fondamentales approche, les parents se posent plusieurs questions pour aborder la rentrée en toute sécurité sanitaire et sérénité psychologique. Roland Seligmann, docteur en pédiatrie à la Kannerklinik du CHL et président de l’association Alupse, livre quelques conseils pour un retour confiant à l’école.

Comment faire accepter le masque aux enfants?

Dr Roland Seligmann. – «Il est certain que le port du masque pour les enfants n’est pas évident, en particulier pour les plus jeunes, ceux du précoce et de la Spillschoul. Pour les aider à mieux accepter ce nouvel accessoire, ils peuvent dans un premier temps faire un jeu avec une poupée ou une peluche à qui ils doivent faire porter un masque. Ils apprendront ainsi à bien couvrir le nez et la bouche lors de leur jeu et pourront plus facilement le reproduire sur eux par la suite. Mais porter le masque sur la durée peut être très difficile, surtout pour les plus jeunes ou pour des enfants turbulents.

Il vaut mieux ne pas avoir de masque qu’un masque mal porté, que l’enfant toucherait tout le temps… Le buff peut être une alternative plus aisée. De plus, il ne faut pas être trop catégorique: ne pas porter son masque n’est pas une faute capitale. Par contre, il faut veiller à leur apprendre à bien se laver les mains, en suivant les recommandations transmises par le gouvernement. C’est, à mon sens, un geste plus important que le port du masque. Pour les plus grands enfants, le port du masque est plus facile à accepter. Mais il ne faudra pas oublier de le changer après 4 heures. Le personnel encadrant devra aider les enfants pour le leur rappeler si ces derniers gardent leur masque pendant les cours.

Je tiens à rappeler que, jusqu’à présent, l’épidémie a peu touché les enfants. Les parents ne devraient pas trop s’angoisser par rapport à cela. De plus, il ne faut pas oublier que les enfants agissent par mimétisme. Donc, si les parents sont anxieux, les enfants le seront aussi. À l’inverse, si les parents abordent la situation avec sérénité, les enfants seront bien plus détendus et confiants pour leur retour à l’école.

Les enfants sont naturellement dans la recherche de contact avec les autres. Il ne faut pas aller contre cela, et ils doivent absolument continuer à jouer et vivre leur vie d’enfant.

Dr Roland Seligmann

Les enfants sont naturellement dans la recherche de contact avec les autres. Il ne faut pas aller contre cela, et ils doivent absolument continuer à jouer et vivre leur vie d’enfant. Si l’angoisse persiste malgré tout, il faut leur parler en expliquant simplement ce qui se passe, présenter la situation sans dramatiser. Par ailleurs, il ne faut pas se laisser avoir par les administrations qui ont pris trop de pouvoir, à mon sens. Actuellement, on me demande d’établir des certificats de non-vulnérabilité. Cela ne vaut absolument rien et nourrit au contraire l’angoisse liée à cette épidémie. C’est totalement absurde!

Quels conseils donneriez-vous au sujet de la nutrition pour ce retour à l’école?

«Plus que jamais, il est important d’avoir une alimentation équilibrée, saine et diversifiée. Il faut faire attention à manger en quantité suffisante des fruits et des légumes. Cela permet à l’enfant de garder un système immunitaire en bon fonctionnement. Mais si jamais l’enfant venait à avoir de la fièvre, il faudra impérativement le garder à la maison. Il est aussi très important que les enfants conservent une activité physique.

Cette période a pu être sujette à une exposition accrue aux écrans. Comment retrouver un équilibre?

«Les écrans sont effectivement à manier avec parcimonie. Je rappelle qu’il est conseillé d’exposer au minimum les jeunes enfants aux écrans. Pour les enfants de 3 à 6 ans, ce ne sera que 15 minutes maximum par jour, et une demi-heure par jour pour ceux de 6 à 9 ans.

Dans tous les cas, les parents doivent être aux côtés des enfants pendant leur utilisation des écrans et en parler avec eux. Limiter ce temps devant les écrans est essentiel, car les enfants ont besoin de relationnel physique pour se développer. Maintenant que c’est autorisé, je conseillerais plutôt de profiter de cette période pour avoir des petites réunions en famille et de mettre de côté le plus possible tout type d’écran.»