ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Le business en mode estival (1/9)

Le Parc Merveilleux vit au rythme de l’été



257340.jpg

Ouvert depuis 1956, le Parc Merveilleux est devenu une institution dans le tourisme familial du Luxembourg et de la Grande Région. (Photo: Visit Luxembourg)

Les responsables du Parc Merveilleux de Bettembourg mettent les bouchées doubles durant la période estivale, tout en maximisant les chances de revenus tout au long de l’année pour ce qui est avant tout un «atelier protégé».

La hausse du thermomètre ne profite pas forcément aux exploitants de parcs d’attractions. Du côté du Parc Merveilleux de Bettembourg, on déplore en effet un mois de juillet moins bon que le début de saison. En cause: les récentes températures caniculaires. Et la pluie n’améliore pas la situation.

«L’idéal pour nous est aux alentours de 25 à 27 degrés», lance Guy Feidt, responsable Tourisme et Loisirs du parc qui ouvre ses portes du 30 mars au 13 octobre.

Le Parc Merveilleux, c’est une des attractions phares du pays depuis 1956. C’est un classique pour les groupes scolaires et les touristes locaux.

«Nous tablons sur une saison entre 200.000 et 250.000 visiteurs», estime Guy Feidt. «Le plus gros des visiteurs vient entre le 15 juillet et le 15 août.» Sur 100 personnes qui fréquentent le site, 30 proviennent du Luxembourg, 30 de France, 30 d’Allemagne et 10 de Belgique selon les estimations de ses responsables.

Des nouveautés face à la concurrence

Positionné sur le tourisme local et familial, le Parc Merveilleux n’est pas armé pour véritablement batailler avec d’autres sites touristiques ou des parcs d’attractions de la Grande Région. Et mise sur des prix d’entrée abordables (10 euros pour les adultes, 7 pour les enfants) comme argument d’attraction.

La publicité est néanmoins renouvelée chaque année. Et les nouveautés sont aussi imaginées, tant du côté des infrastructures que des attractions.

Le parc accueille désormais un couple de pandas roux et un couple de tamarins lions à tête dorée. Une nouvelle aire de jeux est prévue pour les enfants, de même qu’une mini ferme et un nouvel espace pour les kangourous. Ou encore un parcours de mini-golf entièrement reconstruit.

L’entrée du parc. (Photo: Visit Luxembourg)

1 / 3

Des attractions à taille humaine pour un tourisme qui l’est tout autant. (Photo: Visit Luxembourg)

2 / 3

Retour en enfance avec la scénographie dédiée aux classiques des contes. (Photo: Visit Luxembourg)

3 / 3

Des écoles aux entreprises

Un travail effectué hors saison, lorsque les grilles restent fermées aux visiteurs.

«Il ne faut pas oublier que le but premier du parc, qui est un atelier protégé, est de donner du travail et ainsi de proposer une insertion sociale à une centaine de personnes présentant un handicap mental», ajoute Guy Feidt.

Et pour maximiser les chances de revenus et d’occupation du site, le parc s’ouvre aux anniversaires, aux fêtes d’entreprises ou d’institutions et organise des séances «d’école zoologique».

«L’école zoologique fonctionne bien, car nous pouvons montrer aux enfants comment nous fonctionnons», ajoute Guy Feidt. «Nous avons aussi ouvert le parrainage d’animaux pour nous assurer des revenus complémentaires pour leur alimentation.»

Bénéficiant d’un soutien financier du ministère du Tourisme en fonction des projets précis, le Parc Merveilleux tire le plus gros de ses recettes des entrées payées par les visiteurs.

Il emploie une centaine de personnes à l’année et 25 encadrants hors saison. Une trentaine s’ajoute durant la haute saison.

Informations: parc-merveilleux.lu .