LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Voyages

Bienvenue à l’hôtel (6/10)

Parc animalier de Sainte-Croix: dormir avec les loups (mais pas seulement)



Cet été, Paperjam vous propose de vous évader chaque lundi avec une sélection d’hébergements insolites situés non loin du Luxembourg ou dans le pays même. De quoi vous donner des idées d’escapade. Ce lundi, on se couche à quelques centimètres d’une meute de loups.

Le loup: voilà bien un animal qui fascine les petits comme les grands au moins autant qu’il fait peur. Avec un petit côté mystique. Et cela commence donc généralement dès l’enfance, lorsqu’on vous conte toutes ces histoires durant lesquelles le loup est souvent le «méchant».

Du coup, dormir avec des loups est le genre d’expérience qui séduit beaucoup de monde. Mais elle est forcément plutôt rare à vivre. Cependant, elle est réalisable non loin du Luxembourg. Puisque c’est, en effet, une des formules que propose le parc animalier de Sainte-Croix, situé en terre française, à Rhodes, entre Metz et Strasbourg. À moins de 150 bornes de nos frontières. 

Une première en Europe

Un parc né en 1980 lorsque Liliane et Gérald Singer décidèrent de transformer leurs terres en parc de vision. On y venait donc alors observer la faune, avant que Sainte-Croix se transforme en parc animalier.

«Tout a bien grandi. Au début, vous faisiez le tour du parc en deux heures. Aujourd’hui, il faut plus d’une journée pour tout voir» sourit Clément Leroux, responsable communication d’un parc de 120 hectares, regroupant 1.500 animaux d’une centaine d’espèces différentes vivant en semi-liberté. 

Quand les visiteurs doivent quitter le site le soir, les personnes qui occupent ces lodges, elles, restent. (Photo: Morgane Bricard)

Quand les visiteurs doivent quitter le site le soir, les personnes qui occupent ces lodges, elles, restent. (Photo: Morgane Bricard)

Un constat qui a poussé à la création, en 2010 – pour les 30 ans du parc –, de quatre lodges. Histoire que les gens puissent prolonger l’aventure. «Quand les visiteurs doivent quitter le site le soir, les personnes qui occupent ces lodges, elles, restent. Cela leur permet d’avoir un regard particulier sur les animaux, de vivre quelques heures dans une ambiance singulière. En immersion. De rester en face-à-face avec le côté sauvage de la nature.»

Un concept qui s’est bien développé ces dernières années un peu partout sur le continent, «mais que nous étions les premiers à mettre en place en Europe», se félicite Clément Leroux. 

Des ours, des coyotes, des bisons…

Aujourd’hui, sous l’impulsion de frères Pierre et Laurent Singer, le Parc de Sainte-Croix compte 46 lodges. Ainsi, on retrouve un hôtel à l’architecture de vieille grange américaine, baptisé «la Grange aux coyotes». Avec ses 11 chambres offrant une vue sur les coyotes, les ours noirs et les ratons laveurs. 

35 lodges «nature» sont aussi disponibles: quatre lodges et yourtes afin d’observer les cerfs, cinq cabanes installées dans les arbres (pour deux ou cinq personnes), 17 lodges sur pilotis face aux ours et aux bisons. Et puis, surtout, neuf hébergements disséminés sur le territoire des cinq meutes de loups du parc.

Ces derniers sont les plus prisés. Il est vrai que l’expérience, avec ces loups qui vivent à quelques centimètres de votre terrasse ou de votre lit, semble assez inoubliable. 

Pour les loups, il faut compter 200 euros la nuit

Le tout dans un environnement écolabellisé où l’on prône la filière courte, les matériaux nobles et l’énergie renouvelable. L’objectif du parc étant «de réduire au maximum l’impact environnemental d’un séjour». 

Ces séjours sont possibles en saison, c’est-à-dire d’avril à novembre, mais aussi lorsque le parc est fermé, de décembre à mi-mars. Le tout à partir de 110 euros par personne (ce qui comprend la nuitée, les entrées pour les deux jours et la demi-pension). Mais si vous avez en tête de dormir avec les loups, le tarif peut monter jusqu’à plus ou moins 200 euros…