COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Digest

Paperjam Express: ce qu’il faut retenir ce mardi



Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée. (Photo: Maison Moderne)

Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée. (Photo: Maison Moderne)

Chaque jour, Paperjam vous propose une sélection des informations les plus importantes et pertinentes de la journée, déclinées sous forme de résumés. À lire, mais aussi à écouter, et à approfondir sur le site paperjam.lu.

L’artisanat demande moins de frilosité

Rendant son avis sur le budget de l’État pour 2022, la Chambre des métiers a jugé trop frileuses les ambitions du gouvernement. 

Si d’un côté la Chambre des métiers a félicité le gouvernement pour avoir utilisé la dette publique afin de ne pas étouffer l’économie et favoriser la relance, le tout en maintenant les investissements à des niveaux élevés et sans recourir à l’impôt, elle a été plus mitigée pour le secteur de l’artisanat.

«Ce budget 2022 n’apporte aucune véritable nouveauté par rapport à la copie remise en 2021», déplore  Tom Wirion , directeur général de la Chambre des métiers. Si la priorité du budget de l’État s’oriente en faveur du climat et de l’énergie, ainsi que du logement et du social, la Chambre des métiers y voit des disparités fortes en termes de moyens alloués.

Outre la répartition des dépenses à venir, la Chambre des métiers a également pointé la hausse des frais de fonctionnement de l’État. Elle plaide pour une digitalisation accrue dans les services étatiques afin d’accroître leur efficience et diminuer les besoins en personnel. Toujours au niveau des dépenses, la Chambre des métiers souhaite également étudier l’efficacité des transferts sociaux par rapport à leur capacité à réduire le risque de pauvreté.

Enfin la Chambre des métiers a mis en avant cinq priorité pour l’avenir, à savoir: la valorisation du statut d’indépendant, l’adaptation des mécanismes d’aides étatiques, l’accélération des procédures d’autorisation et la réduction des charges administratives, la mise à disposition des terrains dans les zones d’activités économiques et enfin la promotion des compétences et des talents.

Les réserves de la CNS s’amenuisent

Selon les derniers chiffres officiels, le déficit de la CNS devrait grimper à 100,8 millions en 2021, puis atteindre 68,3 millions en 2022. Les recettes ne permettront donc plus de combler les dépenses et la réserve pourrait approcher le seuil légal de 10% des dépenses courantes en 2025.

Pour les établir, la CNS estime que le système de l’assurance maladie-maternité couvrira une population de 938.262 personnes en 2022, constituée pour deux tiers de la population protégée résidente et pour un tiers de la population protégée non résidente. Les sources de financement proviennent pour à peu près 98% des cotisations payées par les assurés, les employeurs et l’État.

Le rapport entre la réserve et les dépenses passerait alors de 25,4% en 2020 à 23,5% en 2021 et à 20,8% en 2022. La réserve reste donc supérieure au minimum légal de 10% des dépenses courantes. Mais diminue petit à petit et passe de 971 millions d’euros en 2019 à 790 millions d’euros en 2022. Plus précisément, pour 2022, les recettes de l’assurance maladie-maternité sont estimées à 3.730,8 millions d’euros et les dépenses à 3.799,1 millions d’euros.

La part du colis progresse sur le marché postal

La fin d’année est  une période chargée pour les services postaux du pays . L’occasion pour l’Institut luxembourgeois de régulation (ILR) de publier les chiffres-clés du marché des services postaux qui montrent une belle croissance du secteur sur le segment du colis.

Selon les données de l’IRL, les 27 prestataires de services postaux au Luxembourg ont réalisé un chiffre d’affaires de 183,79 millions d’euros en 2020. Une progression de 2% par rapport à 2019.

Si l’envoi de courrier représente 65,5% du chiffre d’affaires du marché postal avec 113,18 millions d’euros (-2,8% sur un an), l’envoi de colis connaît une progression fulgurante. Avec un chiffre d’affaires de 70,61 millions d’euros, ce segment affiche une croissance de 10,7% sur un an en 2020.