ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Réouverture des restaurants

Les Paniers de Sandrine reprennent du service en cuisine



Sandrine Pingeon cultive ses fruits et légumes sur 3,5 hectares à Munsbach. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Sandrine Pingeon cultive ses fruits et légumes sur 3,5 hectares à Munsbach. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La réouverture des restaurants ravive l’activité dans le grand potager de Sandrine Pingeon, dont les paniers se retrouvent à la carte d’une quinzaine d’adresses au Luxembourg.

Les Paniers de Sandrine reprennent la direction des cuisines des restaurants au Luxembourg,  dont la réouverture des salles a eu lieu vendredi

«Je pense que Xavier Bettel (DP) n’avait pas fini de parler, lundi, que les premiers restaurateurs téléphonaient déjà pour passer commande», explique la maraîchère installée à Munsbach.

Ses 3,5 hectares en exploitation connaissent ces dernières années un rendement dynamique, compte tenu de la météo clémente en ce printemps, mais le coronavirus a perturbé l’activité de ce potager géant: d’un côté, la demande des restaurateurs s’est effondrée, tandis que le télétravail quasi généralisé a perturbé la demande des abonnés des paniers de légumes de saison. En revanche, le petit magasin attenant à l’exploitation a fait le plein de clients gourmands de plus grosses quantités, confinement oblige.

«C’était une période très fatigante, parce qu’on a dû changer nos habitudes», explique l’entrepreneuse.

On sent vraiment que ça repart de zéro.

Sandrine Pingeon,  maraîchère,  Les paniers de Sandrine

Désormais, il règne comme un retour à la normale, avec la reprise des restaurants, tandis que les paniers aux particuliers devraient reprendre ultérieurement.

Côté commandes des professionnels, les appétits sont aiguisés, ou plutôt, les réserves sont à sec. «Ils ont pris beaucoup de carottes, d’oignons, on voit vraiment que ça repart de zéro», observe Sandrine Pingeon.

Sandrine Pingeon fournit une quinzaine de restaurateurs au Luxembourg. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 4

À côté des commandes des professionnels, la maraîchère compose des paniers de saison à destination des particuliers. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 4

Un petit hectare s’ajoutera bientôt au grand potager de Sandrine Pingeon. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

3 / 4

L’entreprise emploie six salariés à Munsbach. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

4 / 4

Les volumes commandés sont sensiblement identiques à l’avant-coronavirus chez les clients. «Il y a beaucoup de restaurants gastronomiques où l’espace entre les tables peut être géré plus facilement», note la maraîchère en cueillant ses fraises.

Elle emploie six salariés, dont deux à temps plein, dans son grand potager, qui s’agrandira bientôt d’un petit hectare. Voilà de quoi satisfaire l’appétit aiguisé des gourmets du pays.