POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Publié par le SnT 

Un outil pour déconfiner avec doigté



L’outil mis en ligne par l’équipe interdisciplinaire du SnT permet de jouer sur quatre facteurs pour l’instant et de mesurer l’impact sur la propagation du virus dans une centaine de pays. Il est appelé à s’enrichir encore. (Photo: Paperjam)

L’outil mis en ligne par l’équipe interdisciplinaire du SnT permet de jouer sur quatre facteurs pour l’instant et de mesurer l’impact sur la propagation du virus dans une centaine de pays. Il est appelé à s’enrichir encore. (Photo: Paperjam)

Au lieu d’un déconfinement aussi brutal que le confinement, les gouvernants pourraient affiner les conséquences de chacune de leurs décisions avec l’outil rendu public lundi matin par le SnT de l’Université du Luxembourg. Un outil encore en développement.

Pourquoi faudrait-il mettre toute l’économie à l’arrêt pour empêcher la propagation d’un virus? Pourquoi ne pas se doter d’un outil de modélisation qui permettrait de procéder à un déconfinement ciblé, capable de ménager la propagation, de réduire les conséquences économiques et d’avoir une idée des conséquences à venir en temps réel?

Quel serait l’impact de l’ouverture de certains flux de transport? De certains lieux? De certaines entreprises?

«Le proverbe ‘Le savoir, c’est le pouvoir’ est peut-être galvaudé, mais en ce qui concerne le coronavirus, il prend une nouvelle signification, car chaque donnée peut avoir un impact sur la vie des gens dans le monde entier», a déclaré le professeur Yves Le Traon, vice-directeur du SnT. «Compte tenu de l’énorme quantité de données à analyser, nous avons développé cet outil pour appuyer la planification des stratégies de sortie. Comme de nombreux pays en Europe commencent déjà à exécuter leurs plans, nous avons voulu publier notre travail le plus tôt possible.»

C’est l’intérêt de l’outil présenté lundi matin par le SnT, de l’Université du Luxembourg, pour l’instant en mode bêta, à partir de quatre indicateurs:

- les lieux de travail;

- les activités de plein air;

- les transports publics;

- et le commerce de détail.

Pour créer ses prévisions, l’outil utilise des données accessibles au public provenant de l’ensemble de données Covid-19 de Google, en particulier des données relatives à la mobilité, ainsi que des données provenant de l’université Johns Hopkins. Un utilisateur est en mesure de comprendre comment les politiques liées à chaque activité ont un impact sur la propagation de la maladie en sélectionnant un pays et en modifiant la valeur qui représente l’intensité d’une mesure d’isolement donnée.

Le simulateur est un projet en cours, et en tant que tel, il est mis à jour progressivement par l’équipe interdisciplinaire au fur et à mesure de l’avancement de ses recherches. À l’avenir, les scientifiques envisagent d’ajouter des fonctions de personnalisation basées sur des données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), telles que le port de masques et les stratégies de test.

L’outil permet de simuler la planification des stratégies de sortie Covid-19 pour près de 100 pays avec des scénarios sur six mois.

«Le simulateur est un instrument révolutionnaire qui peut améliorer la planification de la stratégie de sortie de Covid-19 de tous les pays concernés», a déclaré le professeur Stéphane Pallage, recteur de l’Université du Luxembourg. «Le Covid-19 nécessite des solutions agiles, et l’équipe du professeur Le Traon a réagi rapidement en divulguant une technologie précieuse qui permet de modéliser les effets possibles des décisions politiques au moment où les stratégies de sortie sont planifiées et mises en œuvre».