POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Guerre en Ukraine

L’oligarque sanctionné au Royaume-Uni reste consul honoraire



Vladimir Yevtushenkov, photographié en 2018 lors d’un événement au Luxembourg, fait l’objet de sanctions britanniques, mais reste consul honoraire du Luxembourg. (Photo: Marie De Decker/archives)

Vladimir Yevtushenkov, photographié en 2018 lors d’un événement au Luxembourg, fait l’objet de sanctions britanniques, mais reste consul honoraire du Luxembourg. (Photo: Marie De Decker/archives)

Le Luxembourg a suspendu le milliardaire russe Viktor Rashnikov de ses fonctions de consul honoraire après qu’il a été sanctionné par l’UE. L’homme d’affaires Vladimir Yevtushenkov, sanctionné par le Royaume-Uni, reste, quant à lui, en poste.

En mars, le ministère des Affaires étrangères avait déclaré avoir retiré le titre de consul honoraire à Valery Gergiev avec effet immédiat. Le chef d’orchestre est considéré comme un ami proche du président russe Vladimir Poutine et avait signé en 2014 un appel soutenant l’annexion de la Crimée.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn (LSAP), avait alors déclaré que les mandats d’autres consuls honoraires étaient également en cours de révision.

Le ministère a depuis coupé les liens avec le magnat de l’acier Viktor Rashnikov, qui a été sanctionné par l’UE. L’Union européenne le décrit comme «un oligarque russe de premier plan».

Son entreprise, Magnitogorsk Iron & Steel Works, est l’une des plus importantes de Russie. «La charge fiscale pesant sur l’entreprise a augmenté dernièrement, ce qui a entraîné une hausse considérable des recettes du budget de l’État russe», indique l’UE.

Sa suspension ne laisse que deux consuls honoraires russes en fonction: Vladimir Petrovich Yevtushenkov, propriétaire du conglomérat Sistema, et l’homme d’affaires Roman Trotsenko. Tous deux n’ont pas été sanctionnés par l’UE et figurent encore sur une liste officielle dont Valery Gergiev et Viktor Rashnikov ont disparu.

Le propriétaire du groupe Sistema transfère des actions

La société de Vladimir Yevtushenkov, Kronshtadt, qui fait partie du groupe Sistema, fournirait des drones armés aux forces russes. Le Royaume-Uni a imposé des sanctions au milliardaire. Des manifestants se sont récemment rassemblés devant son domicile londonien pour demander que son «argent taché de sang» quitte la ville. Mais il n’est pas inquiété par Bruxelles.

L’ex-ministre de l’Économie et vice-Premier ministre luxembourgeois, Étienne Schneider (LSAP), a annoncé en février sa démission du conseil d’administration de Sistema, auquel il avait été nommé en 2020.

Il avait initialement défendu sa présence au conseil d’administration, affirmant qu’elle permettrait de protéger les emplois et les intérêts luxembourgeois. Sachant, par exemple, que l’East-West United Bank du Luxembourg est détenue par Sistema. Un autre ancien ministre de l’Économie, Jeannot Krecké , a quitté son poste au conseil d’administration de l’EWUB.

À la suite des sanctions britanniques, Vladimir Yevtushenkov a renoncé au contrôle de Sistema en transférant 10% à son fils, Felix Yevtushenkov. Sa participation personnelle est ainsi descendue à 49,2%.

Roman Trotsenko possède quant à lui la société d’investissement Aeon et finance des projets d’exploitation minière et d’infrastructure dans l’Arctique. Le magnat du charbon développe le port maritime d’Indiga, situé dans la mer de Barents, qui pourrait devenir une plaque tournante du transport dans le passage du nord-est. En janvier, Poutine a demandé à son gouvernement d’accélérer les projets de liaison ferroviaire avec le port.

Valery Gergiev n’est toujours pas sanctionné par l’Union européenne.

Cet article a été rédigé par  Delano  en anglais, traduit et édité par Paperjam en français.