ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Étude Plurimedia

Nouveau record d’audience pour Paperjam



Les résultats publiés ce mercredi accentuent la baisse des médias dits traditionnels ou historiques. (Illustration: Maison Moderne)

Les résultats publiés ce mercredi accentuent la baisse des médias dits traditionnels ou historiques. (Illustration: Maison Moderne)

La première vague pour 2020 de l’étude Plurimedia de TNS Ilres crédite Paperjam d’une audience de 12,10%, soit 62.400 lecteurs, hors frontaliers. Un nouveau record d’audience pour le premier média écofin du pays fondé il y a 20 ans.

L’étude Plurimedia, réalisée par TNS Ilres et Kantar Belgium, vient de livrer ce mercredi ses premiers résultats pour 2020. Pour parvenir à ce baromètre des médias, une enquête s’est déroulée en deux vagues, de mi-février à fin juin 2019, puis de mi-septembre 2019 à mi-février 2020, auprès de personnes de 15 ans et plus.

Et les audiences s’avèrent enthousiasmantes pour le magazine Paperjam, qui récolte un nouveau record d’audience, avec 62.400 lecteurs par numéro, soit une progression relative de 5% par rapport à la dernière édition de l’étude. Un joli cadeau pour son 20e anniversaire.

«Alors que les marques médias historiques et mainstream s’effondrent, avec des reculs de -22% à -39%, sur 10 ans, le média économique et financier Paperjam réalise un progrès spectaculaire de +66% sur la même période», commente Mike Koedinger , fondateur et executive président du conseil d’administration de Maison Moderne, éditeur de Paperjam. «Merci à nos lecteurs, fidèles depuis 20 ans, et qui continuent à s’engager pour la modernisation et le rayonnement du pays à l’international, ainsi que sa ‘reconstruction’ le cas échéant, comme l’a montré l’engouement recueilli pour le dossier spécial ‘Luxembourg Recovery’ , qui vient de paraître.»

L’étude Plurimedia permet donc à Paperjam et à son écosystème (magazine, site internet, newsletters biquotidiennes et spécialisées, Business Club, Guide) de conforter sa place de première marque média écofin du pays.

«Ces nouvelles audiences confirment la place d’excellence qu’occupe Paperjam pour toucher les lecteurs à fort pouvoir d’achat. 66,9% de ses lecteurs résidents, soit 41.700 personnes, appartiennent aux CSP+ et CSP++», ajoute Francis Gasparotto , directeur associé de la Régie. «66,4% sont aussi des décideurs en entreprise, comme ils sont cadres supérieurs et cadres moyens. Paperjam est la marque média de référence pour toucher aussi bien des cibles B2B que B2C.»

Les frontaliers toujours ignorés

Malgré leur hausse exponentielle depuis 10 ans et l’importance qu’ils jouent dans le développement du pays, cette étude ne tient toujours pas compte des 206.000 frontaliers, qui représentent aujourd’hui près de la moitié de la population active.

Composition de la population active du pays. (Illustration: Maison Moderne)

Composition de la population active du pays. (Illustration: Maison Moderne)

Une cible à laquelle les médias historiques ne s’intéressent pas significativement, voire pas du tout. D’autres marques verraient pourtant leurs audiences nettement augmenter en intégrant l’opinion des frontaliers: en premier lieu le quotidien gratuit L’essentiel et le mensuel écofin Paperjam.

Composition de la population du pays. (Illustration: Maison Moderne)

Composition de la population du pays. (Illustration: Maison Moderne)

«Bien que les frontaliers représentent près de la moitié de la population active au Luxembourg, ils sont toujours absents de cette étude», précise Richard Karacian , CEO de Maison Moderne. «Nous considérons qu’un lecteur sur quatre de Paperjam est un frontalier, ce qui nous donne 85.000 lecteurs par numéro, et 130.000 lecteurs uniques sur plusieurs numéros. C’est une audience exceptionnelle pour un titre écofin, et ceci au-delà du Luxembourg, même en Europe.»

Des résultats globaux qui donnent écho à la volonté de Paperjam de proposer une voix indépendante et influente dans le paysage médiatique luxembourgeois, sur base d’un journalisme de qualité.

«C’est le résultat d’une stratégie éditoriale gagnante et d’un effort de longue haleine», ajoute Matthieu Croissandeau , directeur éditorial de Maison Moderne. «Ces excellents résultats d’audience reflètent l’engagement quotidien et la passion pour leur métier des journalistes de la plus grande rédaction économique du pays», complète Thierry Raizer , le rédacteur en chef de Paperjam.

La baisse des marques historiques se poursuit

Pour la première fois depuis le lancement de l’étude en 2006, un site web devient le premier média du Luxembourg: RTL.lu détrône en effet RTL Radio Lëtzebuerg.

Les résultats livrés ce mercredi illustrent aussi la poursuite de l’effondrement des marques médias historiques avec, sur 10 ans, des chutes d’audience pour les deux premiers quotidiens payants (Wort, avec -22%, et Tageblatt, avec -39%), des hebdos familiaux (Revue, avec -37%, et Télécran, avec -38%), la télé (RTL, avec -29%), ou encore la radio (RTL, avec -22%)

À l’inverse, les grands gagnants sont les sites web (malgré le faible nombre de sites mesurés), les hebdomadaires d’opinion (d’Lëtzebuerger Land, Woxx), l’écosystème de L’essentiel, et bien entendu le mensuel Paperjam (progression relative de 66% sur 10 ans).

À noter que de grands absents ne figurent pas au tableau de cette étude menée en luxembourgeois/allemand et français (mais pas en anglais): Delano et Delano.lu (le média anglophone de Maison Moderne, la société d’édition de Paperjam), le nouveau magazine en ligne Reporter.lu et des magazines à très grands tirages, comme City (Ville de Luxembourg) et Flydoscope (Luxair).

Méthodologie de l’étude:

L’étude a été commanditée par Editpress, IP Luxembourg/CLT-UFA et Saint-Paul Luxembourg. Elle a également été soutenue par le gouvernement.

«Depuis l’édition 2014-15, considérant les évolutions de la société luxembourgeoise en matière d’usage des télécommunications et d’internet, l’étude est basée pour partie sur des enquêtes téléphoniques, pour une autre sur internet. L’objectif étant d’élargir la base de sondage, et ainsi assurer une plus grande représentativité des résultats», précise TNS Ilres.

Depuis octobre 2018: la durée des enquêtes a été réduite en scindant l’étude en 2 volets distincts (Presse et Audiovisuel). L’étude TNS Ilres Plurimedia est dorénavant réalisée auprès de 2 échantillons aléatoires représentatifs de la population résidant au Grand-Duché de Luxembourg.

Depuis mi-septembre 2019: pour les enquêtes téléphoniques, une méthode d’échantillonnage probabiliste incluant 25% des enquêtes sur téléphone mobile a remplacé la méthode d’échantillonnage par quotas.