LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

Solidarité

Un appel aux feuilles en plexi transparent pour fabriquer des masques de protection



Ces simples feuilles de plexi permettent de fabriquer des masques. Un appel à du matériel est lancé pour pouvoir les fabriquer. (Photo: Metaform Architects)

Ces simples feuilles de plexi permettent de fabriquer des masques. Un appel à du matériel est lancé pour pouvoir les fabriquer. (Photo: Metaform Architects)

Suite à notre article sur la fabrication de masques de protection via une imprimante 3D , de nombreuses personnes ont fait connaître leur besoin. Mais les feuilles en plastique transparent manquent pour les fabriquer. Un appel à cette matière première est donc lancé.

Il est connu qu’une des voies de propagation du coronavirus est le contact avec le visage de gouttelettes émanant de personnes infectées. D’où l’usage de masques qui protègent le visage. «Si les professionnels nous apportent leur aide, nous avons la possibilité de fabriquer 400 masques de protection par jour», explique Shahram Agaajani, fondateur de Metaform Architects. «Mais nous n’avons pas assez de feuilles en plexi transparent. Aussi, nous lançons un appel à toutes les personnes ou fournisseurs qui pourraient avoir cela dans leur stock. Il s’agit de feuilles de plexi transparent de 200g et d’un format minimum A4.»

Ce type de produit est un produit courant de papeterie. On en trouve par exemple dans les grandes surfaces ou chez les papetiers. Si jamais vous pouvez fournir ce type de matériel, merci de vous signaler auprès de l’équipe via l’adresse e-mail protectionshield@metaform.lu .

Ce masque n’est pas breveté pour être spécifiquement utilisé dans le secteur hospitalier, qui doit répondre à des normes très précises, mais il n’en reste pas moins efficace et utile à toute personne qui est en contact avec du public. Il peut donc être utilisé par un grand nombre de personnes dans la vie de tous les jours. Pour le désinfecter, il suffit de le tremper dans de l’alcool.

«Aujourd’hui, nous avons distribué tout notre stock, et de nombreuses autres personnes se sont manifestées pour en avoir également. Nous sommes capables d’en produire en grande quantité, notamment avec l’aide de FabLabs, qui a bien voulu mettre à disposition gratuitement sa machine pour le faire. Nous pourrions ainsi, si nous avons la matière première, en fabriquer au moins 400 exemplaires par jour. Nous pouvons coordonner la fabrication et la distribution, pour laquelle nous devrions recevoir de l’aide extérieure dans les heures qui viennent. La désinfection du masque reste du ressort de l’utilisateur et peut être faite simplement avec de l’alcool.»

Pour rappel, ce masque de protection peut être facilement réalisé par des bénévoles à partir de matériel imprimé sur une imprimante 3D, et dont le fichier de fabrication est mis à disposition gratuitement .

Après avoir imprimé le support pour la tête grâce à l’imprimante 3D, il suffit de monter la feuille en plexi pour en faire un masque de protection. (Photo: Metaform Architects)

Après avoir imprimé le support pour la tête grâce à l’imprimante 3D, il suffit de monter la feuille en plexi pour en faire un masque de protection. (Photo: Metaform Architects)