POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Brexit

Un «no deal» coûterait 16 milliards de dollars à Londres



264217.jpg

Le coût d’un divorce sans accord s’annonce exorbitant pour le Royaume-Uni. (Photo: Shutterstock)

Le Royaume-Uni perdrait 16 milliards de dollars d’exportations vers l’Union européenne en cas de Brexit sans accord, selon l’Onu.

Alors que la tension est à son comble à Londres, où le Parlement britannique tente d’éviter un «no deal» privilégié par le Premier ministre Boris Johnson, les économistes de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) ajoutent un chiffre inquiétant au débat sur le divorce entre le Royaume-Uni et l’UE.

Une étude de la Cnuced publiée mardi évalue en effet à 450 milliards de dollars le montant des exportations de marchandises du Royaume-Uni, dont la moitié vers l’UE. Un abandon de l’accès préférentiel «au marché de l’UE à la suite d’un Brexit sans accord se traduirait, pour les Britanniques, par des pertes d’exportations d’au moins 16 milliards de dollars», estiment ces économistes, ce qui représente environ 7% des exportations totales du Royaume-Uni vers l’Union européenne.

Un accès préférentiel à 70 marchés

Il s’agit même d’une estimation «prudente», car les pertes devraient être «beaucoup plus importantes» en raison de l’introduction de «mesures» autres que les droits de douane, les «contrôles aux frontières et la désorganisation des réseaux de production».

C’est l’industrie automobile qui devrait être la plus touchée (5 milliards de dollars de pertes), ainsi que les secteurs des produits d’origine animale (2 milliards) et des vêtements et textiles (2 milliards).

En tant que membre de l’UE, le Royaume-Uni est impliqué dans une quarantaine d’accords commerciaux grâce auxquels les membres de l’UE bénéficient d’un accès préférentiel au marché d’environ 70 pays.