COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Découvrez: 50 femmes CEO

De Nickels à Racké: 50 femmes CEO au fil des jours



Les femmes CEO dévoilées aujourd’hui sur paperjam.lu sont Anne Nickels, Claudine Nosbusch, Héloïse Pierre, Francesca Prym et Michèle Racké. Découvrez-les et leurs entreprises! (Illustration: Maison Moderne)

Les femmes CEO dévoilées aujourd’hui sur paperjam.lu sont Anne Nickels, Claudine Nosbusch, Héloïse Pierre, Francesca Prym et Michèle Racké. Découvrez-les et leurs entreprises! (Illustration: Maison Moderne)

Elles sont au cœur du dossier spécial du magazine Paperjam de mars 2022. De A à Z, retrouvez, au fil des jours, les 50 femmes CEO à la tête d’une entreprise de plus de 100 personnes… aujourd’hui d’Anne Nickels à Michèle Racké.

Découvrez l’intégralité des 50 femmes CEO en cliquant sur le  #50femmesCEO.

Anne Nickels

Administrateur délégué, Namur, 160 salariés

Sixième génération, avec son frère Max, à la tête de Namur, Anne Nickels confie que sa carrière a été influencée par son père Jean-Paul, «et par toute ma famille. Nous vivons Namur.» Car l’histoire de l’entre­prise familiale remonte à 1854, lorsque Nicolas Namur, jeune pâtissier luxembourgeois, connaît un succès en ouvrant une pâtisserie à Sacramento, en Californie. Et c’est en 1863 qu’il revient ouvrir sa première boutique dans son pays d’origine. Namur fêtera donc, ­l’année prochaine, ses 160 ans.

Nous vivons Namur.
Anne Nickels

Anne Nickels,  administrateur délégué,  Namur 

Anne Nickels, de son côté, a passé son bac au Lycée de garçons de Luxembourg et a ensuite fait des études d’architecture à Vienne. «C’est vers le métier d’architecte que je me serais orientée si je n’avais pas travaillé dans mon secteur actuel», confie-t-elle. Durant toutes ses études, la Luxembourgeoise a travaillé pendant les vacances dans les différents magasins et ateliers de la confiserie familiale. Qu’est-ce que la fonction de CEO a changé dans sa perception de l’entreprise ? «Plus de responsabilité, et, avec cela, plus de décisions à prendre», ajoute celle qui aimerait emmener l’entreprise, dans les six prochains mois, «vers un été où nous pourrons servir nos clients sur la terrasse ou à l’intérieur sans restrictions et avec plus de légèreté». La devise d’Anne Nickels au travail ? «Satisfaction du client par la perfection du produit», répond celle qui voudrait laisser derrière elle une entreprise saine avec une évolution positive et dont le conseil à un(e) futur(e) CEO est de «ne pas sous-­estimer l’empathie».

Claudine Nosbusch

Codirectrice, Ligue HMC, 380 salariés

Directrice de la Ligue HMC depuis fin 2008, au sein de laquelle elle est arrivée en 1999 en tant que psychologue, Claudine Nosbusch est en charge de l’accueil et de l’hébergement, et elle gère, avec Catherine Mannard, les volets formation et travail. 

Nous voulons accompagner les personnes de manière globale et les soutenir dans leurs différentes démarches.
Claudine Nosbusch

Claudine Nosbusch,  codirectrice,  Ligue HMC

Nous avons 25 ateliers de production. Nous faisons notamment de la ferronnerie, de la reliure, et nous avons aussi un verger qui nous permet de produire du jus de pomme, de la compote, ou encore de la vinaigrette. Nos produits sont vendus dans notre boutique ou dans les magasins comme Cactus.» La Ligue HMC propose différentes solutions d’hébergement. Elle agrandit et réamé­nage son site de Capellen avec de nou­veaux bâtiments dont le dernier doit être achevé en septembre prochain. «Selon les besoins de chacun, un accom­pagnement est proposé 24h/24 ou uniquement en journée au sein de nos communautés de vie», complète la Luxembourgeoise de 51 ans.

Héloïse Pierre

Directrice générale, Groupe Aura, 110 salariés

Être CEO, c’est être toujours là, quelles que soient les difficultés,…
Héloïse Pierre

Héloïse Pierre,  directrice générale,  Groupe Aura

…c’est porter son équipe, se comporter de manière exemplaire ou du moins donner toujours le meilleur de soi-même, et surtout transporter les personnes pour mieux leur transmettre nos valeurs. Étrangement, l’entrepreneuriat est comme une addiction, plus on y goûte et plus on a envie d’entreprendre», explique Héloïse Pierre , fondatrice et directrice générale depuis presque 10 ans du groupe Aura, qui accueille 450 enfants au sein de ses structures. Si elle n’avait pas travaillé dans le secteur des crèches, celle qui consacre son temps libre à ses enfants et à la lecture aurait pu être «professeur de philo, psychologue, ou une excellente mère au foyer, métier que j’aime par-­dessus tout.» Cette Belge originaire de Bastogne aimerait que les valeurs de son groupe «puissent semer des petites graines dans la tête des enfants qui seront les adultes de demain, pour ainsi leur permettre de se sentir pleinement acteurs de leur vie».

Francesca Prym

CEO, UBS Fund Management, 150 employés

Je considère mes collègues d’abord comme des personnes, pas comme des employés.
Francesca Prym

Francesca Prym,  CEO,  UBS Fund Management

J’aimerais que l’on se souvienne de moi comme telle également, pas seulement comme une CEO.» L’approche de Francesca Prym est résolument sensible, mais aussi très technique, puisque tous lui reconnais­sent une très bonne connaissance de l’environnement réglementaire et légal lié aux sociétés de gestion, mais aussi au risk management et à la compliance. Originaire d’Italie, active au Luxembourg depuis une vingtaine d’années, elle a précédemment dirigé SMBC Nikko avant UBS Fund Management depuis 2019. Elle se méfie de ceux qui disent «nous avons toujours fait comme ça», elle qui compose quotidiennement avec la flexibilité. En 2022, elle vise «une croissance par progression organique avec les autres unités du groupe UBS». Maman et CEO attentive à un certain équilibre entre vie privée et vie professionnelle, elle adore voyager en famille, un «virus» qu’elle reconnaît avoir transmis à ses enfants.

Michèle Racké

Directrice générale, APEMH, 1.153 salariés

Directrice générale de la fondation APEMH (Association des parents d’enfants mentalement handicapés) depuis 2019, Michèle Racké en était auparavant la directrice générale adjointe. La Fondation comptait, au 31 décembre 2020, 1.153 salariés et salariés encadrés, dont 488 personnes au sein du service APEMH Hébergement et Services asbl, et 542 (dont 422 salariés encadrés) au sein de la société coopérative de la fondation. L’association a été créée en 1967 par des parents d’enfants vivant avec un handicap intellectuel, et possède six entités juridiques. Son objectif est de favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap intellectuel au sein de la société.

Depuis plus de 50 ans, en tant qu’association créée par des familles, nous plaçons la qualité de vie des personnes en situation de handicap intellectuel au cœur de nos actions.
Michèle Racké

Michèle Racké,  directrice générale,  APEMH

explique Michèle Racké. Les grands domaines d’activité de l’APEMH s’ordonnent autour des axes suivants: conseil et orientation, enfants et famille, accueil de jour pour adultes, formation et travail, logement, accompagnement et soutien, formation et centres de compétences. Le Parc Merveilleux de ­Bettembourg, parc d’attractions touristique et zoologique qui appartient à la fondation, offre par exemple un cadre de travail pour 100 apprentis et salariés encadrés de l’APEMH. Différents métiers et activités professionnelles sont proposés : gardiennage d’animaux, jardinage, restauration, vente, textile et buanderie, entretien et nettoyage, métiers techniques (menuiserie, serrurerie, peinture, construction, chauffage/sanitaire, électricité).

La liste continue de Danielle Ries-Breyer à Fabienne Steffen.

Cet article a été rédigé pour  l’édition magazine de Paperjam du mois de mars 2022  parue le 23 février 2022.

Le contenu du magazine est produit en exclusivité pour le magazine. Il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.  Cliquez sur ce lien pour vous abonner au magazine.  

Votre entreprise est membre du Paperjam Club? Vous pouvez demander un abonnement à votre nom. Dites-le-nous via  [email protected]