COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Recrutement

ZiDCard : le e-recrutement anonyme



Sophie Campus  (ZiDCard) : « C’est l’outil que j’aurais souhaité avoir quand j’étais moi-même dans ce métier. » (Photo : ZidCard)

Sophie Campus (ZiDCard) : « C’est l’outil que j’aurais souhaité avoir quand j’étais moi-même dans ce métier. » (Photo : ZidCard)

Une nouvelle solution d’e-recrutement a fait son apparition sur la toile. Établie et créée depuis le Luxembourg, ZiDCard.com veut répondre aux attentes des recruteurs en permettant aux candidats de valoriser leurs compétences en toute confidentialité.

La société ZiDCard a lancé ce mardi sa nouvelle plate-forme de recrutement électronique ZiDCard.com. Basée au Luxembourg, cette jeune structure a la volonté de proposer un outil qui répond mieux aux attentes des candidats à un nouvel emploi et des recruteurs à la recherche de compétences précises.

Pensée par d’anciens chasseurs de tête, elle veut répondre aux besoins de tous les chercheurs d’emploi sur un marché sous tension, mais aussi aider les employeurs à trouver plus facilement la perle rare. « Avec cet outil, nous voulons bousculer le marché de l’emploi sur internet, explique Sophie Campus, gérante de ZiDCard. Aujourd’hui, une personne disposant d’un emploi et qui cherche de nouvelles opportunités n’a pas forcément envie de poster son CV quelque part, au risque que son employeur actuel le découvre. Le Luxembourg est un petit marché, où tout se sait très vite. Nous avons donc élaboré un outil qui permet aux candidats de mettre en avant leurs compétences tout en préservant un niveau élevé de confidentialité. »

Carte d’identité professionnelle

En s’inscrivant gratuitement sur ZiDCard.com, toute personne à la recherche d’un emploi ou de nouvelles opportunités de carrière est invitée à livrer un certains nombre de renseignements qui constitueront sa ZiDCard, ou carte d’identité professionnelle anonyme. « Les données que l’on livre seront celles qui permettront au recruteur de vous trouver, explique Sophie Campus. Il est possible, à ce niveau, de partager ses compétences jusque dans des détails précis. Toutes seront rassemblées dans la ZiDCard, qui se présente sous une forme standard aux yeux des recruteurs. Ces derniers pourront donc faire des recherches, en fonction des critères dont ils ont besoin, et accéder à ces bilans de compétences sans savoir quelle est la personne qui se trouve derrière. »

L’objectif final, bien sûr, est de mettre en relation les candidats et les recruteurs. Mais ZiDCard tient à respecter la confidentialité des candidats jusqu’au bout. Ces derniers ont la possibilité d’attacher un CV à leur ZiDCard et d’en limiter l’accès ou non. Le recruteur intéressé par les compétences des candidats pourra, si l’accès au CV est ouvert, le télécharger. Ou, si l’accès est limité, envoyer un message au candidat, en se présentant et en livrant plus de détails sur ses besoins, afin qu’il lui en autorise l’accès.

Garder le contrôle

« C’est le candidat qui, au final, a le dernier mot. Il peut déterminer s’il veut ou non se dévoiler. Il peut aussi définir les recruteurs auxquels ses compétences ne seront pas accessibles, explique Sophie Campus. Dans un univers où l’e-reputation doit être contrôlée, où les recruteurs et les employeurs utilisent les réseaux sociaux pour vérifier des informations, nous voulons permettre aux candidats de valoriser leurs compétences en restant anonymes, sans courir le risque de se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de leur employeur actuel. Chacun garde le contrôle sur l’information diffusée à tout moment. »

La solution est aussi particulièrement bien adaptée aux besoins des recruteurs et des chasseurs de tête. « C’est l’outil que j’aurais souhaité avoir quand j’étais moi-même dans ce métier », explique Mme Campus. Il se veut flexible et précis. Il s’appuie sur une cinquantaine de critères de recherche différents. Les offres de ZiDCard, par ailleurs, s’adaptent aux besoins de chacun des recruteurs, qu’il s’agisse de chasseurs de tête, de petites PME ou de grandes multinationales, dans tous les secteurs d’activités.