POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Conseils de gouvernement et européen

Vigilance nationale, réponses globales



Le commissaire européen chargé de la Migration, des Affaires intérieures et de la citoyenneté Dimitris Avramopoulos et le vice-Premier ministre luxembourgeois Étienne Schneider, en charge de la sécurité intérieure, se sont recueillis devant la salle de spectacle, le Bataclan, avant la réunion avec Bernard Cazeneuve.  (Photo: ministère de la Sécurité intérieure)

Le commissaire européen chargé de la Migration, des Affaires intérieures et de la citoyenneté Dimitris Avramopoulos et le vice-Premier ministre luxembourgeois Étienne Schneider, en charge de la sécurité intérieure, se sont recueillis devant la salle de spectacle, le Bataclan, avant la réunion avec Bernard Cazeneuve. (Photo: ministère de la Sécurité intérieure)

Suite aux attentats de Paris, les gouvernements européens ont à la fois apporté leur soutien au gouvernement français et fait le point sur l’état d’une menace potentielle sur leur propre territoire.

Au Luxembourg, le conseil de gouvernement s’est réuni samedi fin d’après-midi, sous la conduite du Premier ministre qui était à Paris vendredi soir, a-t-il indiqué en marge du point presse. 

Rendant hommage aux victimes et adressant ses pensées aux familles, Xavier Bettel a déclaré que s’il n’y avait pas de menace concrète sur le territoire luxembourgeois, la vigilance reste de mise, dans le prolongement des mesures prises après l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier dernier.

Le gouvernement a donc décidé «le renforcement des mesures de sécurité aux frontières, dans les gares et à l’aéroport», a indiqué Xavier Bettel.

La présence des forces de l’ordre sera donc augmentée sur les points qualifiés de sensibles et un appui sera donné aux autorités françaises dans le cadre des contrôles renforcés aux frontières, suite à l’état d’urgence décrété par le président François Hollande sur l’ensemble du territoire français.

Les frontaliers français devraient cependant rejoindre leur travail relativement normalement puisque des contrôles systématiques ne sont pas prévus.

Xavier Bettel a ajouté que l’évolution de la situation serait analysée avec le Groupe de coordination en matière de lutte contre le terrorisme. Le plan Vigilnat de prévention et de protection contre le terrorisme reste à un niveau 2 qui consiste à «accentuer la vigilance face à une menace réelle, mais encore imprécise».

Xavier Bettel a aussi évoqué l’importance de thématiser le sujet auprès des jeunes dans les écoles. Le ministre de l’Éducation nationale Claude Meisch a fait parvenir une note aux enseignants en ce sens. 

Rencontre européenne vendredi

L’arrestation en Belgique, dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean, de sept personnes soupçonnées d’être liées aux attaques de vendredi montre, si besoin en était, que la menace ne s’arrête pas aux frontières et qu’elle nécessite une réponse européenne coordonnée. 

Samedi, Xavier Bettel a annoncé lors du point presse suivant le conseil de gouvernement extraordinaire qu’il avait proposé au président français l’organisation d’un Conseil «Justice et Affaires intérieures» extraordinaire, au nom de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne.

Ce conseil se réunira vendredi à Bruxelles.

Afin de préparer la réunion, Étienne Schneider, qui la présidera, a rencontré dimanche soir le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, ainsi que le commissaire européen pour la Migration, les Affaires intérieures et la Citoyenneté Dimitris Avramopoulos.

De cette rencontre à Paris, ont été dégagés plusieurs points à aborder vendredi: le PNR européen (registre de noms de passagers), la question des armes à feu et le renforcement des contrôles aux frontières extérieures.

Le communiqué commun souligne «l'urgence de prendre des décisions rapides et opérationnelles et de les mettre en œuvre dans un calendrier resserré».