POLITIQUE & INSTITUTIONS

Women’s Entrepreneurship Day Luxembourg

Valoriser les parcours féminins



closener.jpeg

La secrétaire d’État à l’Économie présente, ce vendredi, les mesures concrètes retenues afin de faire évoluer la situation des femmes au sein de la société luxembourgeoise. (Photo: Mike Zenari)

À l’occasion du Women’s Entrepreneurship Day Luxembourg, la task force des femmes entrepreneurs présente son rapport commandité par le Meco. Objectif: examiner l’opportunité de la mise en place d’un concept de promotion de l’entrepreneuriat féminin à Luxembourg.

Quelle place occupe la femme dans la société luxembourgeoise? C’est à cette question qu’a souhaité répondre la Female Entrepreneur Task Force (FETF), composée de 10 femmes entrepreneurs parmi lesquelles Marie-Hélène Massard, CEO d’Axa Assurances, Carole Muller, CEO de Fischer, Stéphanie Damgé, directrice de Jonk Entrepreneuren Luxembourg, ou encore Sasha Baillie, conseillère diplomatique.

Promouvoir les parcours de femmes

Et le constat est inquiétant. Selon une étude de la Commission européenne, seuls 11% des femmes luxembourgeoises dirigent une entreprise. À peine 12% d’entre elles font partie du comité de direction d’une boîte. À cela s’ajoutent, souligne la secrétaire d’État à l’Économie Francine Closener, de nombreuses «barrières mentales».

Soutenue par le ministère de l’Économie, la FETF entend bien faire bouger les choses. Francine Closener a ainsi présenté des mesures concrètes afin de faire évoluer la situation des femmes au sein de la société luxembourgeoise. Au programme, donc, la promotion de modèles (locaux, régionaux, mais aussi mondiaux) et d’une culture d’entreprise positive, des conférences sur l’entrepreneuriat féminin et les femmes de carrière ou encore des workshops.

Impliquer les jeunes

Un site internet sera également créé afin de mettre en avant l’entrepreneuriat féminin et les carrières. Il mettra en avant des associations et leurs programmes, mais également des interviews et biographies de «héros», des figures féminines régionales.

Mais ces évolutions ne peuvent se faire sans un changement des mentalités. La Task Force mise ainsi sur la jeune génération. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont invités à participer. L’objectif est simple: les sensibiliser. Des clusters seront ainsi organisés. Le premier sera animé par Max Schuh (manager à Nyuko) et Genna Elvin (cofondatrice de Tadaweb) et traitera des espaces de travail adaptés aux enfants.

Côté budget, le véhicule d’investissement a été symboliquement Phoenix. Un financement mixte sera mis en place et un fonds d’investissement de 20 millions d’euros sera débloqué. Les retours attendus ne sont, quant à eux, pas encore définis.