PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Résultats mensuels

Une tendance qui se poursuit pour les OPC



cssf_opc_novembre2014.jpg

Sur un an, le volume des actifs nets est en augmentation de 18,24%. (Photo: Luc Deflorenne/archive)

Le patrimoine global net des organismes de placement collectif a confirmé la tendance haussière de 2014 fin novembre selon les chiffres communiqués par la CSSF. Ce montant s'élève à 3.083 milliards d'euros.

Les résultats à fin décembre ne sont pas encore connus mais il semble que 2014 ait plutôt bien profité à l'industrie luxembourgeoise des fonds d'investissement, qui clôture novembre dernier sous des auspices positifs.

Avec une hausse de 1,61%, le patrimoine global net des organismes de placement collectif (OPC) et des fonds d'investissement spécialisés (FIS) s'est élevé à 3.083 milliards d'euros au 30 novembre 2014, contre 3.034 milliards le mois précédent.

Sur un an, le volume des actifs nets est en augmentation de 18,24%.

Selon les données communiquées par la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), les décisions des banques centrales ont influé sur les OPC et FIS:

  • Les OPC à actions d'Europe, des États-Unis et du Japon ont clôturé le mois avec des gains de cours, sous l'effet notamment des chiffres de croissance positifs aux États-Unis et des décisions des banques centrales européenne et japonaise de poursuivre leur politique monétaire expansionniste. Un mouvement moins prononcé pour les OPC à actions asiatiques, en partie en raison des signes d'une décélération de la croissance en Chine.
  • Les OPC à actions de l'Europe de l'Est ont réalisé des pertes de cours, «surtout en raison des sanctions économiques décidées à l'encontre de la Russie et de la chute du prix du pétrole pesant sur l'économie russe», indique la CSSF. Les OPC à actions d'Amérique latine subissent quant à elles le ralentissement de la croissance dans certains pays de la région. La décision de la Banque centrale européenne de poursuivre sa politique monétaire accommodante face aux pressions déflationnistes, combinée à un taux d'inflation actuellement faible en Europe, a fait baisser les rendements de tous les segments des OPC à obligations libellées en euros.
  • Enfin, la décision de la Banque centrale américaine de renoncer à une augmentation des taux directeurs dans l'immédiat a eu pour effet de limiter les rendements des OPC à obligations libellées en USD.