POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Discours sur l’état de la nation

«Une situation financière saine»



bettel_24_04_18-28.jpg

La coalition a fait bloc derrière son Premier ministre mardi en vantant l’état des finances publiques. (Photo: Anthony Dehez)

Les partis de la coalition font front derrière Xavier Bettel. Le Premier ministre a livré, selon ces derniers, un discours sur l’état de la Nation en forme de bilan, en insistant sur la bonne santé des finances publiques. De quoi défendre l’action du gouvernement à six mois des élections législatives.

Les trois partis de la coalition ont fait bloc mardi à la suite du discours sur l’état de la Nation de Xavier Bettel. Que ce soit le DP, le LSAP ou les Verts, le bilan du gouvernement est, selon eux, tout à fait positif, car les finances publiques ont été redressées, tout en continuant à investir dans les infrastructures, notamment.

Eugène Berger (DP):

«Après 4 ans et demi de mandat, Xavier Bettel a fait état de bases solides. La situation des finances publiques est saine. Les mesures que l’on a prises sont dans l’intérêt des citoyens, des jeunes générations, des familles, de la mobilité. Nous avons abordé de front le dossier familles, car le but est d’aménager plus de temps pour soi et sa famille, notamment avec des mesures pour rendre le travail plus flexible, comme pour développer le télétravail. C’est un dossier important qui sera un pilier de la campagne électorale à venir.»

Alex Bodry (LSAP):

«Le discours était sobre, sans lancer de nouvelle polémique. Le bilan est partiel, mais il a montré que certaines thèses de l’opposition se sont révélées fausses, notamment celle de la mauvaise gestion des finances publiques. L’Union européenne a montré que le Luxembourg a respecté tous les cadres légaux, nous sommes arrivés à un quasi-équilibre, 200 millions d’euros de déficit, c’est une bagatelle. Tout en maintenant les investissements, ainsi qu’une politique fiscale ambitieuse. Nous avons fait le choix de faire bénéficier les gens et d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Pour ce qui est des remarques de l’opposition, qui a regretté que la thématique du logement ne soit pas abordée, nous avons eu trois débats d’orientation sur le sujet! Cela a représenté près de six heures de débat, cela n’aurait servi à rien de répéter ce qui a déjà été dit.»

Henri Kox (Déi Gréng):

«Nous avons fait le travail à domicile, beaucoup de réformes ont été réalisées en matière de finances publiques, notamment, elles ont été stabilisées. Avec cela se sont rajoutées des réformes qui n’étaient pas prévues. Il y a les défis du logement, de la mobilité qui vont présager de l’organisation future du pays. Nous avons eu un consensus de tous les partis lors des grands débats d’orientation sur le logement, sur les mesures à prendre. Il y a un grand pas à faire en matière d’offre.»