POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Après les excuses du Parlement et du gouvernement

«Une première étape», estime la communauté juive



villa_pauly_licence_cc.jpg

Des archives, traitant de l’occupation nazie et du rôle de l’administration grand-ducale dans la persécution des juifs, n’ont pas encore été exploitées. (Photo: Licence CC)

La communauté juive du Luxembourg est satisfaite des excuses qui lui ont été présentées tant par le gouvernement que par le Parlement. Mais elle considère que beaucoup reste encore à faire, notamment d’un point de vue pédagogique.

Le président du Consistoire israélite de Luxembourg, Claude Marx, a fait part ce mercredi de sa satisfaction après que la Chambre des députés et le gouvernement ont présenté leurs excuses à la communauté juive du Grand-Duché pour le rôle tenu par les autorités du pays dans les persécutions antisémites perpétrées au Luxembourg entre 1933 et 1941.

«Après 70 ans – mieux vaut tard que jamais – c’est une reconnaissance officielle des souffrances endurées par les juifs résidents ou réfugiés au Luxembourg qui témoigne d’une prise de conscience de la société civile et du monde politique», a-t-il déclaré à Paperjam.lu. 

Faire savoir «tout ce qui s’est passé»

Cependant, «c’est une étape seulement», explique Claude Marx, qui considère qu’il reste «beaucoup de travail à faire, notamment au niveau des archives qui n’ont pas pu être exploitées».

Il a également évoqué le souhait de la communauté juive d’être à l’origine d’un projet pédagogique – dans le cadre de la création d’une Fondation pour la mémoire de la Shoah – visant à mettre en exergue tout ce qui s’est passé durant la guerre, projet complété par une lutte de chaque instant contre toutes les marginalisations, les exclusions et tout ce qui peut être considéré aujourd’hui comme crime contre l’humanité.