ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

Analyse – Nathalie Thunus

Une position centrale



Nathalie Thunus: «Le fait d’avoir ses bureaux chez son expert-comptable est un sacré avantage.» (Photo: Julien Becker)

Nathalie Thunus: «Le fait d’avoir ses bureaux chez son expert-comptable est un sacré avantage.» (Photo: Julien Becker)

Le cadre fiscal, législatif et financier auquel est soumise toute entreprise luxembourgeoise se caractérise par sa grande variabilité. Dans un tel environnement, les fiduciaires indépendantes doivent, selon l’associée de SFC, régulièrement repenser et adapter leurs prestations si elles veulent maintenir un haut niveau de services.

Madame Thunus, quel événement vous a le plus marquée dans votre secteur d’activité au cours de ces derniers mois?

«Si tant est qu’il s’agisse d’un événement au sens où vous l’entendez, je retiens plus particulièrement l’accord amiable conclu le 16 mars 2015 sur la base de la convention belgo-luxembourgeoise préventive de double imposition, qui prévoit que les revenus de salaires restent imposés au Luxembourg à condition que le nombre de jours effectués à l’étranger n’excède pas 24 jours. En effet, ce plafond constitue un frein aux services transfrontaliers, à l’accès à la formation en dehors de Luxembourg et va l’encontre d’un esprit européen sans frontières.

Quels sont les piliers sur lesquels vous comptez appuyer votre croissance?

«Le pilier stratégique majeur sur lequel nous nous appuyons pour notre croissance est la mise à disposition de bureaux dans notre business center. Cette mise à disposition de bureaux offre aux gérants frontaliers la possibilité de s’implanter au Luxembourg dans une atmosphère accueillante et productive, tout en contrôlant les coûts de la location. En outre, le fait d’avoir ses bureaux chez son expert-comptable est un sacré avantage, car nous sommes sur place et disponibles pour toutes questions auxquelles les clients sont confrontés au quotidien. Nos services gagnent ainsi en rapidité et efficacité. À travers ce service complémentaire, nous souhaitons offrir un package complet de services, qui va au-delà de l’expertise comptable et fiscale.

Quels sont les profils que vous avez le plus de mal à recruter?

«De manière générale, ce sont les juristes que nous avons le plus de difficultés à recruter, notamment car ils sont souvent à la recherche de grands cabinets plutôt que de fiduciaires indépendantes de petite ou moyenne taille.

Quel type de manager êtes-vous?

«Je veille à ce que nos collaborateurs soient épanouis au travail. Nous les encourageons à l’échange et à se former continuellement afin qu’ils soient et qu’ils restent les meilleurs experts. D’autre part, je considère que j’ai beaucoup d’empathie et en même temps, je peux, à certains moments, être un manager autoritaire.

Quelles sont vos principales qualités?

«Je pense être une personne persévérante, déterminée et, quelle que soit la situation, toujours de bonne humeur.

Et vos principaux défauts?

«Cela n’est pas en lien direct avec ma fonction, mais j’avoue être gourmande.

Si vous aviez dû faire autre chose, qu’auriez-vous aimé faire?

«Sans aucun doute le même métier que celui que j’exerce aujourd’hui, car je me sens heureuse et épanouie dans mon travail. Chaque jour est stimulant, intéressant et agréable, et la citation suivante me va comme un gant  ‘If you love what you do you’ll never work a day in your life.’

Comment voyez-vous votre société dans cinq ans?

«Comme un beau voilier, filant à travers les vagues et proche de son cap... Nous sommes une fiduciaire bien implantée sur le marché depuis plus de 40 ans. Nous allons rester focalisés sur la qualité de nos services, afin d’atteindre une croissance de 10 à 15%. Nous nous sommes fixé des objectifs ambitieux.»