ENTREPRISES & STRATÉGIES
INDUSTRIE

Prix de l’environnement

Une industrie «verte» et innovante à l’honneur



peinturerobin_prixenvironnement.jpg

Les trois projets récompensés répondent «parfaitement aux critères fixés dans le règlement, à savoir l’écologie, l’innovation, la réalisation pratique et l’économicité», estime la Fedil. (Photo: Nader Ghavami)

La Fedil a organisé mercredi la 15e édition de son concours annuel des projets les plus écologiques, récompensant les solutions mises au point par trois entreprises luxembourgeoises dans les secteurs de l’agriculture, de la chimie et des transports.

Recyclage des déchets agricoles, lasures écologiques et bus 100% électriques: les trois lauréats des Prix de l’environnement 2017, qui ont été remis par la Fedil mercredi soir, ont montré une facette peu connue de l’industrie luxembourgeoise, mais ô combien dynamique.

Trois projets qui répondent «parfaitement aux critères fixés dans le règlement, à savoir l’écologie, l’innovation, la réalisation pratique et l’économicité», précise la Fédération des industriels luxembourgeois dans son communiqué.

Recycler les déchets du biogaz

Dans la catégorie «Start-up éco-innovante», c’est l’agriculture qui a été mise à l’honneur. Plus précisément la société Ama Mundu Technologies, basée à Foetz, pour son unité mobile «Eco2GÜLLE». Celle-ci permet de recycler le lisier – déjections d’animaux d’élevage – et le digestat – résidus liés à la production de biogaz – pour les transformer d’un côté en eau parfaitement propre, et de l’autre en fertilisant.

Tout cela grâce à un système qui consomme très peu d’énergie, assure l’entreprise. Plusieurs de ces unités sont actuellement testées dans des fermes et des usines de méthanisation au Luxembourg, en Allemagne et en France.

Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement, et René Winkin, directeur de la Fedil, ont remis le prix de la «Start-up éco-innovante» à Ama Mundu Technologies.

Une peinture bio et locale

C’est dans un univers bien différent, mais également très cher au Luxembourg, que le fabricant de peintures Robin a été récompensé dans la catégorie «Économie circulaire», puisqu’il s’agit du bois.

Sa lasure Luxlin est en effet élaborée sur base d’huile de lin luxembourgeoise et donc aucunement toxique. Développé en commun avec la Chambre de l’agriculture et le Syndicat des eaux, le lin utilisé est 100% biologique et exclusivement planté et récolté au Grand-Duché. Il s’agit du 3e Prix de l’environnement de la Fedil qu’obtient l’entreprise pour ses développements de peintures propres. Les deux autres avaient été en 2002 et 2013.

Un transport 100% électrique

Enfin, dans la catégorie «Mobilité urbaine éco-innovante», c’est le transporteur Sales-Lentz avec ses bus 100% électriques, qui circule depuis le mois de juin dans la ville de Differdange, qui a été récompensé. Il s’agit d’une «première mondiale», explique la société, qui ajoute que les quatre bus Volvo qu’elle opère ont une autonomie de 50km et sont rechargés en seulement 3 à 4 minutes à l’une des deux bornes installées dans la ville.

René Winkin et Carole Dieschbourg ont également récompensé Sales-Lentz dans la catégorie «Mobilité urbaine éco-innovante».

Et pour prouver que l’adoption des nouvelles technologies dans le secteur public n’est pas aussi compliquée que ce que l’on pourrait croire, Sales-Lentz a précisé que «la réalisation du Diffbus électrique, depuis la commande par la commune de Differdange jusqu’au premier test sur le terrain le 2 mai 2017, n’a pris que 6 mois».

Les trois lauréats de la soirée en présence de Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement, et René Winkin, directeur de la Fedil.