POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Consommation

Une indexation au plus tôt fin 2019



088-top-cactus-option-2-dsc_9762.jpg

Le prix des fruits augmente, celui des légumes diminue. (Photo: Mike Zenari / archives)

L’indice des prix à la consommation est resté stable au mois d’octobre: +0,1% par rapport au mois précédent.

L’inflation reste stable au Luxembourg selon les résultats du mois d’octobre publiés par le Statec. Le taux d’inflation a progressé de 0,1% par rapport à septembre. Mais le taux annuel se maintient à 2%.

Ce sont les produits pétroliers qui influent le plus sur ce taux. Les tarifs de ces derniers sont orientés à la hausse depuis le mois d’avril. En octobre, globalement, les prix des produits pétroliers ont gagné 3,1% par rapport à septembre. Le diesel (+3,6%) et le mazout de chauffage (+4,9%) sont plus chers. Tout comme le gaz de ville, qui a connu une hausse de 5,3% en un mois. L’essence est le seul produit à tirer son épingle du jeu. Un plein coûte 3,6% de moins aux automobilistes qui l’utilisent.

Alimentation: +2,5% en un an

Les prix des biens et services hors produits pétroliers reculent de 0,1% d’un mois à l’autre. Une diminution justifiée notamment par la baisse des prix des voyages à forfait (-4,9%) et des billets d’avion (-8,4%). Au niveau de l’alimentation, les prix des fruits, du café et des autres boissons non alcoolisées augmentent. Ce qui contrecarre les effets liés aux baisses des prix des fruits de mer et des légumes. Globalement, les produits alimentaires coûtaient en octobre 2,5% de plus par rapport à la même période en 2017.

Hausse des salaires: fin 2019 au mieux

Mais le Statec a aussi revu ses prévisions d'inflation à la hausse: de 1,6% en moyenne en 2018 à 1,9% en 2019. Une révision justifiée notamment par la volatilité des cours du pétrole. Le Statec indique encore que le déclenchement de la prochaine tranche indiciaire reste lointain et donc hautement incertain. «Dans un scénario central, l’adaptation automatique est prévue pour le dernier trimestre de 2019», analyse le Statec. Alors que la hausse des salaires interviendrait déjà au 3e trimestre 2019 si les prix du pétrole demeuraient élevés, en 2020 s’ils sont bas.