ENTREPRISES & STRATÉGIES
INDUSTRIE

Construction

Une convention collective signée chez Socom



shutterstock_1171560142.jpg

Socom est la plus grande entreprise d’installations électriques du Luxembourg. (Photo: Shutterstock)

Le personnel de la plus grande entreprise du Luxembourg dans le domaine des installations électriques et électroniques attendait sa convention collective depuis le 1er janvier. Elle vient d’être signée, avec effets rétroactifs.

Les signatures du syndicat OGBL et de la direction de Socom ont été apposées en bas de l’avenant à la convention collective voici quelques jours. Une bonne nouvelle pour les 636 salariés de la plus grande entreprise luxembourgeoise dans le domaine des installations électriques et électroniques. Avec effets rétroactifs et jusqu’au 31 décembre 2020, l’accord prévoit:

  • Une prime de 295 euros pour les salariés de l’ancien statut ouvrier pour 2018, et un avancement d’un échelon au niveau de la grille salariale. Soit 2% d’augmentation pour la durée de la convention.
  • Les salariés administratifs et autres auront droit à une augmentation de 2,1% sur trois ans. Ce groupe bénéficiera aussi du même nombre de jours de congé que leurs collègues électriciens, lié à l’ancienneté et à l’âge.
  • Une prime d’intéressement au bénéfice de la société.

Pénurie d’électriciens

L’OGBL a souligné le fait que les négociations s’étaient déroulées dans un climat constructif et avaient donc avancé rapidement. «Cela a en effet été le cas», confirme la direction de Socom. «Ce bon climat a donc permis de donner une bonne nouvelle à nos équipes en cette fin d’année.» Des équipes que la société aimerait renforcer. «Mais on ne trouve pas les profils que nous recherchons: des électriciens... Maintenant, certains membres de notre personnel viennent de Nancy, de Virton. C’est général dans le secteur. Mais la conséquence est qu’on doit même freiner nos clients, car nous ne sommes pas capables de tout assumer.»

Un handicap de taille lié d’une part à un manque de formation, mais aussi à «un manque de motivation de certains jeunes, alors qu’il y a du travail». Dommage, car sans cela, la croissance de Socom serait encore plus forte.