POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Face-à-face

Une circonscription unique?



capture_decran_2018-04-25_a_16.23.33.png

Claude Biver défend l’idée d’une circonscription unique. Léon Gloden, lui, n’est pas de cet avis. (Photo: Maison Moderne)

Pour les élections législatives, le Grand-Duché de Luxembourg est divisé en quatre circonscriptions électorales. Bousculer les codes du système actuel et instaurer une circonscription unique, serait-ce une idée à développer? Léon Gloden, député du CSV, et Claude Biver, journaliste sur Radio 100,7, nous exposent leurs points de vue.

Contre: «Un déficit de représentation du pays», selon Léon Gloden, député du CSV

«L’idée d’une circonscription électorale unique lors des élections législatives n’est pas nouvelle. Elle a également été débattue lors des travaux relatifs à la nouvelle constitution, sans qu’il y ait eu d’enthousiasme véritable pour changer le système actuel. Des discussions de ce genre sont néanmoins légitimes et permettent d’évaluer à des intervalles réguliers si notre système électoral répond encore à nos prétentions démocratiques. 

Certes, la circonscription unique permettrait à tous les électeurs de voter en particulier le candidat, tête de liste, aspirant à la fonction de Premier Ministre. C’est l’argument principal mis en avant par les défenseurs de l’idée d’une circonscription unique. Le CSV reste toutefois attaché au système actuel qui permet une représentation juste et équilibrée du pays et de ses régions avec leurs particularités socio-économiques. Sachant que la Chambre des Députésreprésente tout le pays, il convient d’éviter que les régions, surtout les plus petites, soient sous-représentées, voire, le cas échéant, plus du tout représentées. Ce risque est réel en cas de circonscription unique.

Nous ne sommes pas prêts à abandonner le système du panachage.

Léon Gloden, député du CSV

En outre, le système électoral actuel, fortement ancré dans notre tradition, permet de voter à la fois pour un parti et/ou des personnes. Si on introduit une circonscription unique, il faudrait mener des réflexions approfondies sur le vote par 'panachage’ si cher à nos citoyens. J’estime que nous ne sommes pas prêts à abandonner le système du panachage. En conclusion, le système actuel, avec ses quatre circonscriptions, est garant d’une juste représentativité du pays.»

Pour: «Correspondre à la réalité démographique», selon Claude Biver, journaliste chez Radio 100,7

«Le système électoral luxembourgeois et la subdivision du territoire en quatre circonscriptions remontent au début du 20ème siècle, l’objectif étant à l’époque d’assurer que les différentes régions soient représentées au parlement. L’idée était d’établir une proximité entre les électeurs et la politique, or à l’ère du digital, l’idée est dépassée. Désormais, ce sont les médias traditionnels et les réseaux sociaux qui assurent cette proximité. Les citoyens ne sont d’ailleurs plus aussi liés à une circonscription ou à un canton, car ils déménagent plus souvent ou travaillent souvent dans une autre circonscription.

Le nombre de sièges par circonscription ne correspond plus à la réalité démographique.

Claude Biver, journaliste chez Radio 100,7

Par ailleurs, la division en circonscriptions n’a pas que des implications historiques, mais aussi des conséquences politiques. En effet, ce sont les grands partis qui en profitent le plus en ayant plus de chances de remporter un ‘siège restant’. Les obstacles factuels que les partis doivent surmonter pour obtenir un mandat sont plus grands. Une circonscription unique, à l’inverse, bénéficierait davantage aux petits partis: en 2013, le parti Pirate et le Pid auraient réussi leur entrée au Parlement, l’ADR aurait obtenu un mandat de plus, au détriment des CSV, DP et LSAP qui auraient perdu un mandat chacun.

Pour finir, le nombre de sièges par circonscription ne correspond plus à la réalité démographique. On constate que dans le Nord, 4.800 électeurs ont un représentant, tandis que dans le Centre, 3.200 électeurs en ont un. Une voix dans le Centre a donc plus de valeur qu’une voix dans le Nord. Si l’on souhaite garantir une représentativité démocratique, il faut introduire la circonscription unique.»