POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Maladie de Parkinson

Une chercheuse de l’Uni récompensée en Angleterre



Pour la 2e année consécutive, un étudiant-chercheur de l’Uni a été récompensé par un prix remis par la société britannique Lush pour des travaux représentant une alternative à l’expérimentation animale.

Anna Monzel, doctorante auprès du Luxembourg Center for Systems Biomedicine (LCSB) de l’Université du Luxembourg vient d’être distinguée par la société britannique de cosmétiques Lush qui lui a remis son prix «Jeune chercheur».

Ce prix récompense les travaux que la jeune femme mène dans le développement d’un modèle cellulaire en 3D du mésencéphale humain – le cerveau moyen – qui pourrait servir à l’étude de la maladie de Parkison.

Lush remet chaque année une série de prix qui visent à récompenser de manière générale des travaux proposant des alternatives à l’expérimentation animale dans les secteurs de la recherche et de l’industrie.

Avant Anna Monzel, un autre jeune chercheur de l’Université du Luxembourg – Pranjul Shah – avait déjà remporté ce même prix d’un peu plus de 11.000 euros, en 2016.