POLITIQUE & INSTITUTIONS

Cyberattaque

Une centaine de sites de l’État toujours attaquée



serveurinformatique.jpeg

L’objectif de l’attaque perpétrée contre la présence de l’État sur le web est de rendre ses différents sites inopérants en les inondant de requêtes. (Photo: DR)

L’attaque informatique lancée contre les serveurs et les sites internet de l’État est toujours en cours, indique le Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE) qui, à défaut de pouvoir encore y mettre fin, assure la maîtriser.

Depuis ce lundi, plus d’une centaine de sites internet hébergés par l’État sont très difficilement accessibles après une attaque perpétrée contre cette présence du Luxembourg sur le web.

Selon le Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE), cette attaque aurait débuté hier à 9h26 et serait toujours en cours actuellement.

«Il s’agit d’une cyberattaque par déni de service, dénommée DDoS en langage informatique», confie Gilles Feith, le directeur du CTIE, à Paperjam.lu. «Son objectif est de rendre nos services inopérants en les inondant de requêtes, au-delà de ce que nos serveurs peuvent supporter.»

Le chat et la souris

Depuis plus de 24 heures ce mardi, ce sont donc aussi bien le trafic entrant que le trafic sortant de tous les sites hébergés par l’État qui se retrouvent impactés – à raison de 20% du temps, en temps cumulé – par cette manœuvre menée par des réseaux robotisés, ce qui selon Gilles Feith «rend difficile l’identification de qui – la personne ou l’organisation – est derrière cette attaque».

Pour la contrer, toutes les équipes informatiques de l’État sont surmobilisés et, selon le directeur du CTIE, «la situation serait actuellement maîtrisée, à défaut d’être résolue».

«Avant qu’elle ne retrouve sa normale, il faudra peut-être encore patienter un certain temps», poursuit Gilles Feith, évoquant «quelques heures, voire quelques jours».

Selon lui, «un peu comme pour le chat et la souris», cela dépendra de la volonté de celui ou ceux ayant pris les serveurs de l’État pour cible de poursuivre ou non ce «petit» jeu.