COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Jérôme Rudoni (adada.lu)

« Un tel événement doit avoir sa résonance sur Twitter »



rudoni_001.jpg

Jérome Rudoni (adada.lu) : « Le mieux serait que les résultats soient indiscutables. » (Photo: David Laurent/Wili/Archives)

Le site de référence en matière de publicité au Luxembourg, adada.lu, a proposé aux internautes de commenter la cérémonie des Media Awards qui aura lieu ce mercredi. Trois questions à Jérôme Rudoni, fondateur et animateur du site.

Adada.lu a lancé un appel aux contributions avant, pendant et après la soirée des Media Awards. Qu'en attendez-vous ?

« En créant le hashtag #MAwards, adada invite toute la twittosphère luxembourgeoise à rejoindre et à enrichir la discussion autour des Media Awards. D'après moi, un tel événement doit avoir sa résonance sur Twitter et surtout, c'est l'endroit parfait pour commenter la soirée en direct et réagir à tout ce qui se passe. J'espère y lire de bons mots, histoire de rire un peu et d'ajouter une touche d'interactivité à l'événement.

On peut par exemple faire ses pronostics jusqu'à mercredi, puis réagir en live pendant la soirée, et débriefer tous ensemble jeudi ! Enfin, c'est également un moyen de relayer l'événement en dehors de l'enceinte de la Rockhal, pour que tous ceux qui seront restés à la maison puissent aussi vivre la soirée et y participer.

Que représente la soirée des Media Awards pour le monde de la communication au Luxembourg ?

« Malgré une nouvelle formule qui ne convainc pas tout le monde (catégories restreintes, qualité des projets retenus), la Media Awards Night reste LE grand rendez-vous de l'année pour notre secteur. Les directeurs d'agences viennent se montrer, les commerciaux viennent prospecter, les annonceurs viennent s'assurer que leur agence est bien la meilleure, et les créatifs viennent… boire un verre.

Qu'est ce qui peut arriver de mieux / de pire pendant la soirée ?

« Ce qui peut arriver de mieux, ce serait que l’ensemble des résultats soit indiscutable. Parce que sinon, le jury risque d'en entendre parler pendant longtemps ! C'est rancunier, un publicitaire !

Quant au pire, ce serait, au choix :

  • que Steffen serve du cheval au buffet
  • que la bière soit tiède, ou pire encore, qu'il en manque
  • que Francis Gasparotto nous tienne la jambe trop longtemps avec les tarifs médias
  • que Jean-Michel Gaudron nous fasse une démo de beatbox
  • que France Clarinval ne soit pas de la partie
  • que Mike Koedinger ait fait une faute de goût vestimentaire. »

Le 20 février à 18 h à la Rockhal.

Achetez vos places sur www.media-awards.lu