ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Personal Development

« Un processus continu »



Corinne Migueres (Atout Image)  (Photo : Olivier Minaire)

Corinne Migueres (Atout Image)  (Photo : Olivier Minaire)

Les codes, notamment vestimentaires, peuvent être formels ou informels. Mais travailler son image peut permettre d’être fidèle à sa personnalité.

Corinne Migueres, vouloir travailler son apparence, n’est-ce pas céder à un piège du « politiquement correct » ou du « je veux ressembler à tout le monde » ?

« Depuis la création de la télé­vision, et encore plus avec le tout numérique, Internet ou les réseaux sociaux, nous sommes définitivement entrés dans l’ère de l’image, la communication visuelle où l’apparence prend toute son importance. Cependant, la dictature de l’apparence a toujours existé ! C’est seulement le mode de diffusion qui a évolué. Nous sommes tous concernés par la pression sociale. Notre allure, nos vêtements, nos attitudes, sont une véritable déclaration d’identité, en quelques sorte notre CV visuel !

Comme dit le proverbe : on a qu’une seule chance de faire une première bonne impression. En 60 secondes nous sommes jugés, jaugés, évalués ! 60 secondes c’est peu, mais que ce soit pour votre image personnelle ou pour celle de votre entreprise, c’est énorme !
Travailler son apparence ne signifie pas rester à la surface. La cohérence passe par la synchronisation entre la fonction de la personne, sa personnalité et ses objectifs personnels/professionnels. Chaque individu est unique. Tout au long de notre vie à n’importe quel moment de la journée nous endossons plusieurs rôles : en privé, enfant puis père ou mère ; au travail, collaborateur, chef d’entreprise, formateurs, artistes, sportif… pour chacune de ces situations nos attitudes, notre façon de nous exprimer change. Il en va de même pour notre image.

Le travail sur l’image à toujours ce but commun à tous, de renvoyer une image positive de nous-mêmes, pour nous-mêmes, liée à notre propre estime. Automatiquement le changement positif sera perçu par les autres, ce qui enclenchera alors un cercle vertueux. Une bonne image est celle qui nous va bien.

Les choses évoluent-elles ?

« Oui bien sûr ! L’intérêt pour le conseil en image et son approche ont beaucoup évolué depuis la création de ce métier dans les années 60 aux États-Unis. Au départ, ce service était réservé aux politiciens, aux élites, aux acteurs… Depuis, grâce notamment à sa médiatisation au travers des émissions de télé, le conseil en image s’est démocratisé et est devenu accessible à tous.

Ce travail ne se fait pas en un claquement de doigts, il y a un processus et des étapes à suivre qui mènent à la connaissance de soi et à la mise en valeur de ses atouts pour aboutir à une image positive qui découle d’un renforcement de l’estime de soi.

L’image est une puissance, alors mettons-la à notre service. Ce que je tiens à préciser, c’est que chaque individu évolue tout au long de sa vie. À 20, 30, 40, 50, 60 ans et plus, il est évident que nous ne sommes pas les mêmes. Ce qui est le plus important, c’est de lâcher prise et suivre cette évolution, ce renouvellement permanent, afin d’aborder chaque période de sa vie le plus sereinement possible en prenant soin de faire aussi évoluer son image harmonieusement.

Les hommes sont-ils plus sensibles à ces questions qu'auparavant ?

« Absolument, les hommes qui se situent dans la tranche d’âge 30-45 ans, et qui sont célibataires avec un fort pouvoir d’achat, prennent énormément soin de leur personne (sport, soins visage/corps, régime, massage…) Ce sont les ‘Urban dandy, métrosexuel’, ils ont conscience de l’impact de leur image. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ce sont eux qui franchissent le pas plus facilement. J’ai de plus en plus d’hommes qui font la démarche de se renseigner, mais ils ne passent pas nécessairement à l’acte tout de suite. Cela prend du temps.

Les managers et autres cadres ont-ils plus de liberté sur leur style ?

« Tout dépend pour quel type d’entreprise ces cadres ou managers travaillent. On distingue deux types d’entreprise. Tout d’abord l’entreprise de type conservateur qui représente le conformisme, l’intégration – les métiers de la banque et de l’assurance ou certaines sociétés de services, mais aussi les professions médicales, les pharmaciens. Dans ce contexte, il sera simplement souhaitable de maintenir les codes actuels et d’y obéir. Ensuite, il y a les entreprises de type créateur qui représente la transgression, la marginalité – les métiers en relation avec les médias, la publicité, la mode, l’art… Ce type d’entreprise devra créer ou anticiper des codes nouveaux.

Le fond et la forme vont de pair. Peut-on travailler uniquement sur l’extérieur sans prendre en compte l’intérieur ?

« Tout est possible ! Travailler uniquement sur l’extérieur, c’est ce que j’appelle un ‘one shot’ — c’est-à-dire l’intervention d’une armée de professionnels (coiffeurs, coloristes, maquilleurs, stylistes, photographes) misant davantage sur un avant / après ponctuel dans le but de bluffer l’entourage par une transformation spectaculaire. On est là dans la même approche que la télé-réalité.

Mais le conseil en image est un processus continu qui se déroule en plusieurs étapes, définies en permanente interaction avec la personne concernée. Cela permet de développer une image pérenne qui est le fruit d’une révélation, d’une amélioration en phase avec les attentes prédéfinies.
En outre, les éléments qui constituent l’image sont multiples : la culture de chacun, son milieu social, son éducation, son environnement, son histoire. Il est nécessaire de tenir compte de tous ces éléments pour pouvoir synchroniser son image intérieure et extérieure, afin d’arriver à la bonne image : celle qui nous va bien !

Le travail du conseil en image est de la faire évoluer en même temps que la personne, sa maturité, son âge, sa fonction, le rôle qu’elle incarne… le but étant d’être cohérent avec ce que l’on est.

L’écoute attentive, la compréhension, l’adaptation en fonction de chacun, la créativité, sont les qualités nécessaires à un bon accompagnement. L’image est la communication la plus directe, le premier impact auprès de nos interlocuteurs. C’est ce qu’ils retiendront de nous et cela peut être déterminant. Alors autant mettre toutes les chances de son côté en restant authentique et crédible. »