POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Espace

Un pas de tir luxembourgeois pour Ariane 6



Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA et Étienne Schneider, vice-Premier ministre. (Photo: SIP)

Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA et Étienne Schneider, vice-Premier ministre. (Photo: SIP)

Réuni à Luxembourg, le conseil ministériel de l’European Space Agency (ESA) a pris la décision de développer un nouveau lanceur, Ariane 6. Il remplacera Ariane 5, avec un premier vol programmé en 2020.

Les États membres de l’European Space Agency (ESA), dont le Luxembourg qui était représenté par le vice-Premier ministre Étienne Schneider, se sont mis d’accord ce mardi à Luxembourg pour la construction d’une nouvelle fusée Ariane 6, plus compétitive, dont le premier lancement est prévu pour 2020.

 Au total, l’Europe a défini un budget total de 8 milliards d’euros sur 10 ans repartis entre le développement et la construction d’un nouveau lanceur, mais également sur la réalisation d’un nouveau site de lancement à Kourou en Guyane.

La future fusée Ariane 6 devrait réutiliser des éléments déjà éprouvés par sa grande sœur, Ariane 5, qui affiche avec fierté 62 succès d'affilée, a conquis plus de 50% du marché commercial des services de lancement de satellites mais doit faire face à une concurrence de plus en plus vive d'autres lanceurs, en particulier le Falcon de l'américain SpaceX.

Avec Ariane 6, l'Europe spatiale doit aussi anticiper l'évolution du marché, avec une importance croissante des satellites à propulsion électrique, plus légers, mais susceptibles d'être plus volumineux.