POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Projet d’infrastructure

Un monorail pour relier Thionville à Luxembourg



monorail_thionville_luxembourg.jpg

Le monorail s'implanterait au centre du terre-plein de l'autoroute. (Photo: Radio-Canada)

TransFraLux, c'est le nom de code d'un projet de mobilité présenté par la maire de Thionville, Anne Grommerch, et qui vise à installer un monorail suspendu sur l'A31 pour relier Thionville à Luxembourg. L'idée paraît farfelue, mais participe au débat constant sur la mobilité.

Pour parvenir à améliorer la mobilité transfrontalière, le ministre du Développement durable et des Infrastructures luxembourgeois doit dialoguer avec les autorités locales de chaque côté de la frontière. Comme lorsque François Bausch s'était rendu en juillet dernier à Stockem, en bordure d'Arlon, pour évoquer la faisabilité d'un P+R jouxtant un point d'arrêt du chemin de fer belge, formule qu'il affectionne afin de désengorger les autoroutes.

Une autre piste a émané ce week-end, du côté lorrain cette fois. Anne Grommerch, la maire UMP de Thionville, a en effet ravivé l'idée un temps évoquée par son collègue de Terville Patrick Luxembourger de relier Thionville à Luxembourg... par un monorail suspendu.

La technique serait celle du «moteur-roue à grande vitesse» imaginée par le physicien Pierre Couture, le père du moteur-roue. Elle permettrait de transporter sans chauffeur une soixantaine de personnes en filant à 250 km/h. Rien que cela.

En stand-by au Québec

«C'est un ami québécois qui m'a parlé d'un projet similaire au Canada, indique Mme Grommerch à nos collègues du Républicain Lorrain. Quand j'ai vu la vidéo de simulation (...), j'ai tout de suite pensé à l'A31. L'installation prendrait ainsi place sur le terre-plein central de l'autoroute.

La députée-maire défend un projet qui n'est pas celui de la Ville de Thionville. Elle indique en avoir parlé au ministre des Transports luxembourgeois.

Problème, le monorail québécois, TrensQuébec, peine à voir le jour et rassemble autant de détracteurs que de supporters. Si un budget est encore à l'étude pour la version lorraine, Anne Grommerch pense que le TransFraLux devrait être financé tant par la France que par le Luxembourg.

Visionnaire, la maire de Thionville? L'idée, qui paraît saugrenue, au vu des difficultés pour le gouvernement français à débloquer les deniers nécessaires pour adapter pragmatiquement l'A31 à sa fréquentation actuelle, a au moins un mérite, celui de participer au débat quasi quotidien sur la mobilité en Grande Région.