POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Enseignement

Un lycée européen pour Differdange



ecole_europeenne_kirchberg_4lcd.jpg

La première école européenne, au Kirchberg, avait déjà une soeur à Mamer. La famille devrait s'agrandir à Differdange. (Photo: 4LCD / Myschool)

Le ministre Claude Meisch annonce un lycée pour sa ville du Sud. Mais pas le lycée classique attendu: une école européenne agréée, mais gratuite. Et peut-être dès 2016.

Coup d’accélérateur dans le dossier, un peu en sommeil ces dernières années, du lycée de Differdange? En tout cas, le ministre qui a l’éducation dans son maroquin, en l’occurrence Claude Meisch, ex-bourgmestre de la commune sudiste, s’est voulu affirmatif, au micro de RTL: il y aura bien un nouvel établissement à Differdange. Mais pas celui qui était attendu.

 En effet, le projet initial voyait émerger un lycée classique. Mais Claude Meisch pousse un autre dossier, alternatif voire hybride: une école européenne.

La gratuité et les langues

Agréée comme les deux écoles existantes, au Kirchberg et à Mamer, elle aurait cependant le mérite de se présenter comme un lycée public, à l’enseignement gratuit.

Differdange expérimenterait donc un modèle mixte, avec une école européenne insistant sur les langues, une filière anglaise et une filière francophone, mais l’incorporation de l’enseignement luxembourgeois y serait assurée, dixit Claude Meisch.

La demande pour un nouvel établissement reste forte à très forte, émanant à la fois de la commune et de la région du Sud où la population est en accroissement permanent et où la proximité d’Esch-Belval et de son université ne fera que renforcer cet impact. Les lycées classiques étant jugés assez nombreux, la formule européenne permettrait de coller à la réalité du terrain, tout en étant sans doute plus économique pour les deniers de l’État.

Le préfabriqué puis le «dur»

La requalification du dossier permettrait même d'aller plus vite, par rapport aux prévisions qui devenaient pessimistes pour le lycée à Differdange. Le ministre s’est dit prêt à faire accélérer les choses dans ce contexte: il annonce la possibilité d'une mise en fonctionnement dès la rentrée 2016, grâce à des premiers modules préfabriqués installés derrière les anciens ateliers de Differdange. Et donc à l'une des entrées les plus en mouvement de la cité sidérurgique en plein essor, à la place de bientôt feu la «Tour Hadir».

Parallèlement, le «lycée» serait mis en construction, avec l’objectif d’être opérationnel en 2019. À suivre d'aussi près qu'un cours...